SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

Akiki a reçu un procès en vue de son dessaisissement dans le dossier du Tayouneh

Dix jours après l’avoir soumis à la Cour d’appel civile de Beyrouth, le commissaire du gouvernement auprès du tribunal militaire, le juge Fadi Akiki, a reçu aujourd’hui la notification du procès de dessaisissement intenté contre lui par les familles des détenus de la zone d’Ain al-Remmaneh, dans lequel ils ont demandé de l’empêcher d’enquêter sur les incidents de Tayouneh, après avoir considéré qu’Akiki n’était pas impartial et qu’il avait tendance à favoriser un parti par rapport à un autre (en référence à sa proximité avec le duo chiite, puisqu’il est le gendre du président du Parlement Nabih Berri).

Le premier juge d’instruction militaire, Fadi Sawan, n’a pas fixé de date pour interroger le chef du parti des Forces libanaises, le Dr Samir Geagea, dans le cadre du procès intenté par le juge Akiki contre lui pour les crimes de « meurtre, tentative de meurtre, incitation et ingérence dans les événements de Tayouneh, incitation aux troubles internes et mise en danger la paix civile », et tenant également Geagea et son parti directement responsables des affrontements qui ont eu lieu en octobre dernier, entre des hommes armés du « Hezbollah » et du mouvement « Amal », et d’autres personnes d’Ain al-Remmaneh fidèles aux « Forces libanaises », qui ont causé la mort de six personnes du « Hezbollah » et d’ « Amal ».

Des sources judiciaires ont rapporté qu’Akiki « a demandé au juge d’instruction de l’informer de la date de la séance d’enquête avec Geagea, car il voulait assister à l’interrogatoire et poser des questions à ce dernier. »

    la source :
  • Sawt Beirut International