SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 9 February 2023, Thursday |

Al Asmar: Il est devenu nécessaire d’augmenter le salaire minimum

Le président de la Confédération générale des travailleurs libanais (CGTL), Bechara Al-Asmar a confirmé :

«Nous avons contacté les personnes impliquées dans les industriels, les organismes économiques, les institutions et les entreprises pour répondre à cette » augmentation des salaires « et nous répondre aux propriétaires de laboratoires au mont Liban, à Bekaa, au sud et à Beyrouth et à une augmentation des salaires âgés de 25 à 30 ans. »

« Il y a des institutions produites et rentables à ce stade. Mais il y a aussi des sociétés en faillite et ne supporte pas et ne supporte pas d’autres augmentations. Il reste encore 700 000 lira seul en tant qu’entrepreneurs avec le département du port de Beyrouth. »

Il a souligné « la nécessité d’élever le salaire minimum ».

Pour le secteur public, il a déclaré: « Nous avons préparé panier intégré, pour augmenter le salaire minimum. Le secteur public a bénéficié de la série de grades et de salaires, alors que le secteur privé ne l’a pas fait. »

Et il continue: » Il y a une coordination avec l’organe de coordination syndicale dans ce contexte, mais nous devons tenir compte du fait qu’il existe des institutions en faillite ou en voie de faillite, ainsi que le secteur public, qui comprend toutes les institutions de l’État, les ministères, les intérêts indépendants et les forces militaires. »

Concernant les récents mouvements du syndicat, il a déclaré : « Le syndicat est peut-être le seul parti qui bouge, mais malheureusement il semble qu’il ne soit « pas obligé » de défendre les gens, après avoir été témoin d’une attaque majeure contre lui, et si le syndicat était pas efficace, quelle est la justification de cette attaque ?. »

« Le syndicat existe et défend les droits des travailleurs et intervient dans les plus petites affaires. J’ai rencontré le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salameh, et j’ai discuté avec lui de l’obtention de crédits pour la quasi-pénurie de fournitures et d’entrepôts vides ainsi que les entrepôts des installations de Zahrani et de Tripoli dans les limites minimales”, a-t-il déclaré.

« Nous avons insisté pour ne pas augmenter les subventions et maintenir les prix du carburant au-dessus de 1,500 lires en échange du grand resserrement de la prévention de la contrebande et du contrôle du stockage », a-t-il déclaré.

Il a souligné que « le syndicat est sur le terrain pour défendre les droits des citoyens et des travailleurs. Hier, nous étions avec les employés de l’Université libanaise, et avant cela, avec les employés de Liban Post, les employés des entreprises opérant à l’aéroport, et les employés des affaires sociales travaillant dans le projet des familles les moins pauvres et le projet de soutien Des familles syriennes qui ont été menacées de licenciement, et nous avons fait le nécessaire pour ne pas les licencier et nous avons pu parvenir à un résultat.  »
 »
En plus de notre communication avec le ministre de l’Énergie Raymond Ghajar, qui a conduit à la justice pour les employés d’intérêts indépendants dans leurs droits et gains, tels que l’Autorité de l’eau, de l’électricité du Liban et l’Autorité du Litani, ainsi que les employés de banque, à la suite de sur leur dossier et les débourser », notant que « le syndicat fonctionne comme une ruche et on ne se calme guère pour qu’on reste toujours aux côtés des salariés. » des travailleurs pour obtenir leurs droits.

Il a déclaré: « En ce qui concerne la politique des transports, nous avons besoin d’environ 500 bus, et le transport commun doit être sécurisé et les conducteurs de voitures et de bus publics soutenus afin qu’ils puissent continuer à ce stade, en attendant le projet de la Banque mondiale, qui doit être mis en œuvre rapidement afin que nous puissions amener des bus et effectuer leurs tâches pour alléger les souffrances de la population. »

Il a estimé que cela devrait s’accompagner de la suppression des subventions avec un panier d’offres allant de la carte de financement à d’autres questions telles que l’augmentation des salaires et des avantages, sinon nous allons assister à une grande explosion. »