SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 February 2023, Wednesday |

Al-Bitar face à une nouvelle bataille…

Le député Nohad Al-Machnouk, par l’intermédiaire de son avocat, Naoum Farah, a déposé une plainte devant la Cour pénale de cassation, pour la nomination d’un juge autre que le juge Tarek Al-Bitar au dossier de l’explosion du port de Beyrouth en raison « soupçons légitimes ». « Sawt Beirut International » a appris que « l’une des justifications données par Al-Machnouk est son affirmation selon laquelle Al-Bitar a violé la constitution, en insistant sur la poursuite du Premier ministre (Hassan Diab) et des ministres devant le Conseil judiciaire, alors que l’autorité appartient au Conseil suprême du jugement des présidents et des ministres.

Cependant, les deux plaintes les plus graves au cours de l’enquête ont été déposés par les députés Ali Hassan Khalil et Ghazi Zuaiter devant la Cour civile de cassation par l’intermédiaire de leurs deux avocats, Amal Haddad et Rashad Salameh qui ont demandé l’expulsion du juge Al-Bitar du Dossier. Des sources bien informées ont révélé à « Sawt Beirut International » que parmi les raisons présentées par Khalil et Zuaiter figuraient leur affirmation selon laquelle le juge Al-Bitar « avait violé la loi et les textes constitutionnels, en particulier ce qui concerne l’autorité du parlement et les pouvoirs du Conseil suprême pour le Procès des Présidents et des Ministres. »

Selon les sources, ils ont estimé que « le soupçon légitime est établi à travers les actions du juge Bitar, et sa prise de mesures et de mesures qui n’ont aucune base légale, en plus de publier des informations dans les médias de sources proches de lui, et ses déclarations à la presse. »

    la source :
  • Sawt Beirut International