SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 15 August 2022, Monday |

Al-Rahi à l’occasion de la mémoire du bombardement du port: Aujourd’hui nous sommes confrontés à deux crimes

Le patriarche maronite, le cardinal Mar Beshara Boutros Al-Rahi, a affirmé que nous élevons la voix de la colère face à tous les responsables, quels qu’ils soient, où qu’ils soient et qui qu’ils soient, ceux qui font obstruction à l’enquête, comme si ce qui s’était passé n’était qu’un incident trivial et éphémère qui ne mérite pas d’être arrêté et peut être traité par la fuite, le règlement ou le troc comme ils le font habituellement en politique.

Il a exigé une indemnisation pour les personnes touchées par l’explosion du port, et nous croyons en la résurrection de Beyrouth et avec elle le Liban, afin que notre pays redevienne le phare de l’Est, l’Université de l’Est, l’Hôpital de l’Est , la Banque de l’Orient et la patrie de la convergence et du dialogue entre les civilisations et les religions.

Il a ajouté : « Aujourd’hui, nous sommes confrontés à deux crimes : le crime de bombardement du port et le crime de gel de l’enquête. Le gel n’est pas moins grave que le bombardement, car c’est un acte délibéré et volontaire qui a atteint le point de semant la zizanie parmi les familles des victimes. »

Il a poursuivi : « Nous connaissons par expérience le système judiciaire politisé au Liban, et depuis le premier jour du bombardement du port, nous avons demandé une enquête internationale.

Car le crime peut être contre l’humanité s’il s’avère qu’il s’agit d’un acte prémédité, et les complexités de l’enquête locale et les obstacles politiques viennent donner le droit de geler les demandes d’enquête internationale. «