SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Al-Rahi : Avec des intentions saines et sincères, tout différend politique aurait été résolu

Le patriarche maronite, le cardinal Mar Bechara Boutros Al-Rahi, a indiqué que « nous assistons, avec douleur et colère, au déclenchement de vilaines campagnes médiatiques, entre différentes références et forces politiques, à un stade où le pays a besoin de calme et de coopération. »

Présidant la messe dominicale à la résidence d’été de l’édifice patriarcal à Diman, il a expliqué que « ces campagnes créeraient une atmosphère tendue qui affecterait négativement le psychisme des citoyens inébranlables malgré les difficultés, et affecterait la stabilité, l’économie, et les réformes, et les deux exigences constitutionnelles : la formation d’un nouveau gouvernement et l’élection d’un nouveau président de la République, dans le délai constitutionnel. »

Le patriarche Al-Rahi a souligné que « si les intentions étaient saines et sincères, il aurait été possible d’aborder tout différend politique par le biais du dialogue moral, de la sagesse et d’un esprit constructif, loin de la diffamation et des insultes personnelles, mais ce que nous voyons, c’est que l’objectif de ces campagnes est de faire échouer le projet de formation d’un gouvernement, et de contourner la tenue des élections présidentielles. »

Il a souligné que « les Libanais et les communautés arabe et internationale sont déterminés à faire face à ces tentatives destructrices et à assurer l’élection d’un nouveau président de la république qui sera capable de résoudre les problèmes », notant que « bien que nous soyons conscients de toutes les difficultés entourant le processus de formation d’un nouveau gouvernement, ces difficultés doivent être une incitation à pousser le président désigné à renouveler ses efforts pour former un gouvernement », à condition que la formation soit nationale et parallèle. Il a affirmé qu’ « il n’est pas permis d’invoquer des difficultés, de sorte que le pays soit laissé devant l’inconnu. »

Il a souligné qu’ « il est honteux que l’autorité fasse des efforts pour parvenir à un accord avec Israël sur les frontières maritimes, et qu’en retour elle s’abstienne de former un gouvernement. Est-il devenu plus facile pour elle de conclure un accord avec Israël que de se mettre d’accord sur un gouvernement regroupant les Libanais ? »