SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

Al-Rahi: Certains de nos juges manquent d’indépendance

Le patriarche maronite, le cardinal Saint Beshara Boutros-Rahi, a appelé le pouvoir judiciaire à « accélérer les enquêtes sur les événements de Tayouneh et à libérer toutes les personnes reconnues innocentes », soulignant la nécessité pour « le pouvoir judiciaire d’être neutre envers tous, non pas les gratifications dans le système judiciaire, mais la justice que nous demandons seulement ».

« Si les violateurs de la perturbation des institutions étaient des croyants en Dieu, ils auraient craint une peur sacrée et se seraient précipités vers ses patients en assurant le bien du peuple », a déclaré al-Rahi dans le sermon de dimanche de Bkerke aujourd’hui.

« Le gouvernement perturbant le travail du pouvoir judiciaire et certains juges, ils renforcent les soupçons à l’égard du pouvoir judiciaire en participant à la perturbation de l’enquête sur l’attentat à la bombe dans le port, en le suspendant ou en semant le doute sur le travail du coroner. »

« Face aux abus juridiques, nous nous demandons si certains de nos juges ne sont pas devenus absents de la demande de certains fonctionnaires, partis et sectes ? »

Il a déclaré « Ce qui se passe dans l’enquête portuaire est surprenant et les âmes des martyrs attendent et les familles des martyrs attendent et le monde attend, pourquoi sous-estimer le sang de plus de 200 victimes et 6 000 blessés, détruire la moitié de Beyrouth et ses environs et déplacer des centaines de familles? ».

Il a ajouté « Ain Al-Remmaneh n’est pas le titre de guerre et de combat, mais une vie commune avec son environnement, et nous laissons au pouvoir judiciaire indépendant le soin de suivre son cours dans les événements de Tayouneh, et nous l’appelons à être neutre envers tous et à prendre en compte les droits des personnes arrêtées et à l’appeler à accélérer l’enquête et à libérer toutes les personnes reconnues innocentes, il n’est donc pas permis de prolonger les arrestations sans justification légale, il n’y a pas de conseils dans le système judiciaire, mais la justice que nous demandons seulement ».

Il a dit « Les élections devraient avoir lieu à une date constitutionnelle, car les élections ne sont pas un droit de routine, mais une date avec le changement attendu du peuple ,de son droit et de son devoir dans notre système démocratique ».

Il a déclaré « Notre volonté s’accompagne d’une volonté de veiller à ce que les élections se déroulent sous la supervision des Nations Unies pour assurer la liberté de candidature, la sécurité des candidats, l’intégrité des élections ,le contrôle des dépenses financières, et les candidats doivent être des figures d’élite qualifiées pour le travail politique et législatif ».