SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2021, Wednesday |

Al-Rai: La situation est en crise et nécessite un gouvernement et rien ne justifie le manque de compréhension entre Aoun et Hariri

Le patriarche maronite Saint Bishara Boutros-Rai a rendu visite au président Michel Aoun au palais de Baabda à 15h00.m pour tenter de rapprocher l’équipe présidentielle du président désigné Saad Hariri.

Après la réunion, al-Rai a déclaré: J’ai rendu visite au président de la République avant d’aller à Rome pour rencontrer le pape et nous emtenons avec nous l’aspiration du Liban à maintenir son statut, sa valeur et sa vie privée et le pape est désireux de cela. « Nous aspirons à ce que le Liban maintienne son entité, sa vie privée et sa sainteté », a-t-il déclaré. « La situation est si désastreuse que la Banque mondiale a déclaré que nous sommes le sixième pays en termes de tragédies, et cela nécessite que nous ayons un gouvernement et aucune justification pour que nous n’ayons pas de gouvernement et qu’il devrait y avoir une entente entre Aoun et Hariri », a-t-il déclaré.

« Le gouvernement est au-dessus de toute considération et le Liban est un pays de dialogue et il doit y avoir un dialogue, les insultes sont inacceptables et ne proviennent pas de notre culture, et nous sommes blessés par le langage des insultes, et je le déplore », a-t-il déclaré. « Les propositions et les détails sont devant la réalité et si nous revenons après la révolution de 58 et que Shihab a formé un gouvernement de quatre personnes, sommes-nous toujours en désaccord sur le nombre et les étiquettes? Pourquoi ne formez-vous pas un gouvernement polaire? Nous voulons un gouvernement de sauvetage qui sortira le Liban de l’enfer. « Où est le rôle des fonctionnaires? Où sont les bonnes personnes? Le pays a besoin de secours, pas de feu moral. « Nous travaillons et cherchons à rapprocher les points de vue, mais la dignité ne doit pas être violée », a-t-il déclaré.

« Je souhaite et souhaite chaque jour réunir Aoun et Hariri, et où est le problème avec le gouvernement des polonais, même s’il s’agit d’un homme politique » similaire à celui du président Fouad Chehab?

« Je n’accepte pas que les noms des deux ministres chrétiens et ma position dans un gouvernement de sauvetage soient des personnes non partisanes, et je n’ai pas proposé avec le président un gouvernement de polonais », a-t-il déclaré.

« Mon travail n’est pas de nommer des ministres ou de définir un ministère », a-t-il déclaré.