SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Al-Rami à SBI: Mouvement timide dans les restaurants pendant Ramadan et les vacances

Oumeima Chamseddine
A A A
Imprimer

Comme d’autres secteurs, le secteur de la restauration est sous le poids des crises politiques, économiques, sociales et financières locales, la proportion de ceux qui vont au restaurant a considérablement diminué et les restaurants de la classe moyenne, qui sont le principal moteur et dynamo du secteur, ont perdu en raison de la forte baisse du pouvoir d’achat, de la rareté des liquidités dans le contexte de la réservation de fonds dans les banques et de l’absence totale de facteur psychologique.

Pendant le mois de Ramadan, les restaurants étaient autrefois pleins de personnes qui y venaient dans l’espoir d’une bonne bouchée connue sous le nom de restaurant libanais, qui était une destination pour les touristes arabes et étrangers, ainsi que pour les expatriés et les citoyens libanais, mais cette année, le Ramadan n’était plus comme avant, le mouvement des iftars a diminué en raison de la baisse du pouvoir d’achat des citoyens .

Il est bien connu que le secteur de la restauration est l’un des piliers du tourisme au Liban, qui représentait 25% du revenu national du Liban et est considéré comme l’une des sources de revenus les plus importantes du Trésor public et est un pilier de l’économie nationale.

Le secteur du tourisme a généré environ 8 milliards de dollars par an au Liban, un chiffre qui a été atteint en 2009 et plus de 9 milliards de dollars en 2010, et en 2016, il est tombé à 5 milliards de dollars, mais maintenant face à une pénurie de dollars, il est inférieur à un milliard de dollars.

Al-Rami, capitaine des proprietaires des restaurants, a déclaré: « Nous espérons tous que le Liban et le tourisme retrouveront leur ancien état et nous espérons que la stabilité politique, sécuritaire et économique sera atteinte et que ses relations avec les États du Golfe reviendront à ce qu’elles étaient, et peut-être que le retour des ambassadeurs saoudien et koweïtien donnera un geste d’espoir et ramènera les touristes arabes, d’autant plus que le touriste arabe est la richesse du Liban. »

Il a révélé que le mouvement des iftars cette année était faible en raison de la baisse du pouvoir d’achat des citoyens ainsi que du manque des iftars des entreprises et des institutions, qui étaient nombreux dans le passé, soulignant que le mouvement des cafés à Suhoor est bon à très bon parce que le repas suhoor est moins cher que l’iftar.

Rami a souligné que le tourisme a besoin de sécurité et de stabilité politique afin de revenir à la prospérité et pour que le Liban revienne en tant que destination pour les touristes arabes et étrangers, le Liban, qui est connu pour son hospitalité avec de la bonne nourriture ainsi que sa nature pittoresque, qui attire les touristes.