SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 January 2023, Sunday |

Al-Saghir met en garde contre l’arrêt des médicaments pour les patients atteints de cancer

Le chef du département d’hématologie et de cancer de l’Université américaine, le professeur Naji Al-Saghir, a mis en garde dans un communiqué contre « le raccourcissement de la vie des patients atteints de cancer, de maladies cardiaques, bactériennes et de maladies chroniques, en raison de l’interruption de médicaments et de béliers en termes de soutien à leur importation.  »

Il a déclaré: « Nous avons vu des patients se déplacer d’une pharmacie à une autre, d’une ville à une autre et d’une région à une autre, à la recherche de leurs médicaments, afin de guérir les maladies cardiaques, le diabète et le cancer, mais ils les ont rarement trouvés. »

Il a également souligné que « l’interruption de la médication entraîne un manque de récupération ou un raccourcissement de la vie entre un et trois ans.  »

Il a ajouté: « Le patient AJ a un cancer du poumon, mais le médicament d’immunothérapie bembrolizumab est coupé, son médecin l’a donc renvoyé à la chimiothérapie traditionnelle et à ses complications, ce qui raccourcira la vie du patient. Le patient BD (35 ans) a un cancer de la peau et a besoin d’un traitement. L’immunothérapie permet de guérir, mais le médicament n’existe pas, ce qui signifie que le patient a été condamné à mort et à mort rapide.

Il a ajouté: « Oui, au Liban, nous avons guéri des patients atteints de cancer à un taux très élevé, et maintenant nous perdons tout ce que nous avons réalisé au cours des dernières décennies et années. »

Il a souligné que « l’indisponibilité des médicaments anticancéreux au Liban raccourcit sérieusement la vie des patients, et donc nous devons trouver des solutions rapides, mais depuis que le gouvernement a démissionné, et le ministère de la Santé, il appelle la Banque du Liban à continuer subventionner les médicaments.  »

Il a poursuivi: « Elle dit, que le gouverneur de la Banque du Liban leur a promis d’ouvrir des crédits de 500 millions de dollars pour payer les anciennes factures et 50 millions de dollars par mois, afin de soutenir les médicaments, et d’en affecter la majeure partie aux médicaments contre le cancer. »

Il a souligné que « certains grands hôpitaux et universités ont exprimé leur volonté d’importer des médicaments directement à leurs patients, mais ils ont besoin de l’approbation du ministre de la Santé pour les importer et les vendre au prix du marché qu’ils paient.  »

Il a ajouté: « Mais le ministre de la Santé n’accepte que l’engagement sur le prix officiel du médicament. »

Il a fait appel en déclarant: « O politiciens, prenez rapidement la décision appropriée avant qu’il ne soit trop tard. »

Il a appelé le ministère de la Santé, la Commission parlementaire de la santé, le Syndicat médical, la Société libanaise des tumeurs malignes, la Société libanaise des hématologues, les deux Syndicats libanais des médecins de Beyrouth et de Tripoli, et tous les médecins, infirmières, infirmiers, pharmaciens, la Banque du Liban, les agents et importateurs de médicaments, et les sociétés pharmaceutiques scientifiques, pour « se rencontrer et convenir de solutions urgentes et rapides. » pour sauver les patients atteints de cancer.