SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 22 May 2022, Sunday |

Al-Shami a tenu des réunions approfondies avec les différents départements du FMI

Le bureau de presse du Vice-Premier Ministre, Saadeh Al-Shami, a publié la déclaration suivante :

Le vice-Premier ministre a participé aux réunions de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international la semaine dernière à Washington, où il a tenu des réunions approfondies avec les différents départements du Fonds monétaire international directement concernés par l’accord conclu au niveau du personnel entre le Liban et le Fonds pour achever les recherches sur toutes les questions liées à ce programme, y compris l’assistance, les exigences techniques requises pour que le Liban puisse remplir les engagements et les procédures préalables convenues entre les deux parties.

Au cours des réunions, les parties prenantes ont exprimé leur grande volonté de fournir toute l’assistance requise au niveau technique afin de parvenir à un accord final entre le Liban et le FMI.

Le Vice-Premier Ministre a également rencontré la Directrice du Fonds Monétaire International, Kristalina Georgieva, qui a montré un grand intérêt pour la situation libanaise et sa volonté d’aider le Liban à sortir de sa grave crise. La directrice du Fonds a également souligné que la mise en œuvre des réformes dans les délais requis est une question très importante pour que la communauté internationale puisse aider le Liban.

Georgieva a tweeté en disant : J’ai eu une bonne réunion avec le vice-premier ministre du Liban, Saadeh Al-Shami, au cours de laquelle nous avons discuté du programme économique qui aiderait le Liban à sortir de sa grave crise. La mise en œuvre en temps voulu des réformes convenues est essentielle pour obtenir les fonds dont la communauté internationale.

Le vice-premier ministre a également rencontré le directeur exécutif du Fonds monétaire international, le Dr Mahmoud Mohieldin, le directeur exécutif de la Banque mondiale, le Dr Mirza Hassan, et le vice-président de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient, Farid Belhaj. Les entretiens ont porté sur la question du prêt alloué à la récupération du gaz en Egypte. Et sur le programme de la Banque mondiale pour soutenir le budget général, qui est initialement associé à l’accord final avec le Fonds monétaire international.

Le vice-premier ministre a également rencontré des responsables du Trésor américain et du Département d’État américain pour expliquer les objectifs de l’accord avec le Fonds monétaire international et pour demander de l’aide concernant le processus de récupération du gaz en Égypte et la nécessité de donner la garantie requise ainsi que l’aide de la communauté internationale pour combler le déficit de financement.

Dans ce contexte, il a également tenu une réunion avec le commissaire de l’Union européenne chargé du Moyen-Orient pour explorer la possibilité d’une aide financière, ainsi qu’avec le directeur du Trésor français, Emmanuel Moulin, qui a exprimé une volonté sérieuse d’aider le Liban à mobiliser les fonds nécessaires pour combler le déficit financier pour les quatre prochaines années.

A l’issue de ces rencontres, le Vice-Premier Ministre confirme qu’il a senti un intérêt sérieux de la part de tous ceux qu’il a rencontrés pour aider le Liban à sortir de la crise sans précédent qu’il traverse, et que toute aide sera conditionnée par le lancement de la mise en œuvre des procédures préalables convenues avec le Fonds Monétaire International et l’approbation de la Chambre des Représentants sur certaines lois, dont les plus importantes sont la loi sur le budget 2022, la loi sur le « contrôle des capitaux » et les amendements requis à la loi sur le secret bancaire, ainsi que la loi sur la restructuration des banques, que le gouvernement cherche à soumettre à la Chambre des représentants avant les prochaines élections.

Le vice-premier ministre affirme que l’échec de la mise en œuvre de ces réformes aura des répercussions négatives sur la situation actuelle, tandis que le début de la mise en œuvre de ces réformes atténue les répercussions négatives de la situation économique et financière sur les gens, donne l’espoir de l’avancement et de la reprise, atténue la gravité de la crise profonde et ouvre les portes d’un avenir meilleur.