SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 October 2022, Thursday |

Ambassadeur du Liban auprès des Nations Unies: Nous appelons à choisir la voie de la paix

La Représentante permanente du Liban auprès de l’Organisation des Nations Unies, Amal Mudallali, a fait la déclaration suivante à la 58e Séance plénière de l’Assemblée générale :

Nous nous réunissons aujourd’hui alors que le monde regarde dans l’abîme. Nous sommes préoccupés par la tension et l’escalade en Europe et par ce que le Secrétaire général, Guterres, a décrit comme la plus grande crise de paix et de sécurité de ces dernières années. L’humanité est toujours frappée par une pandémie cruelle et la dernière chose dont nous avons besoin est une menace supplémentaire de guerre.

Le Liban, un petit pays qui a vécu l’occupation, les guerres et les interventions, connaît bien le sens de la dévastation, de l’injustice et du conflit, et appelle toutes les parties à mettre fin en paroles et en actes à ce glissement alarmant vers le conflit. Nous appelons toutes les parties à choisir la voie de la paix qui doit prévaloir sur le bruit des armes.

En tant que l’un des Membres fondateurs de l’Organisation des Nations Unies, le Liban croit aux buts et principes de l’Organisation des Nations Unies tels qu’ils sont énoncés dans la Charte. Ce document est la protection dont disposent les petits pays pour préserver leur souveraineté, leur intégrité territoriale et leur paix.

Nous croyons fermement à l’article 2 de la Charte, qui appelle tous les « Membres à régler leurs différends internationaux par des moyens pacifiques de manière à ce que la paix et la sécurité internationales, ainsi que la justice, ne soient pas menacées ».

Nous croyons en l’interdiction du recours à la force. La Charte stipule que « tous les Membres s’abstiendront dans leurs relations internationales de recourir à la menace ou à l’emploi de la force contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout État, ou de toute autre manière incompatible avec l’objet de l’Organisation des Nations Unies ».

Le Liban appelle à donner la priorité à la diplomatie et à une solution politique au conflit en Ukraine, sur la base du droit international. Nous sommes d’accord avec le Secrétaire général pour dire qu’il est « grand temps de désescalade ». Il est « grand temps de revenir au dialogue et à la négociation ».

Nous appelons toutes les parties à ce conflit à choisir la voie de la paix plutôt qu’une voie douloureuse et coûteuse semblable à celle que l’Europe et le monde ont connue il y a 76 ans et ont juré de ne pas répéter. Cette même organisation a été créée pour sauver « les générations suivantes du fléau de la guerre ». Au moment où nous parlons aujourd’hui, des innocents sur le terrain, en particulier des enfants et des femmes, vivent sous la menace imminente d’un conflit.

Sauvons notre génération et les générations futures du fléau de la guerre. Une guerre n’importe où a le potentiel de devenir une guerre partout. C’est une préoccupation majeure pour tous les pays, en particulier ceux qui sont déjà confrontés à de multiples défis aujourd’hui.

Finalement

Le monde d’aujourd’hui a besoin de guérir, de mieux se rétablir, d’éradiquer la pauvreté et la faim, d’aider des millions de réfugiés à rentrer chez eux et de construire un avenir meilleur.

Le monde d’aujourd’hui, Monsieur le Président, a besoin de plus de paix, pas d’une nouvelle guerre.

Je vous remercie.