SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2021, Friday |

Ambassadrice du Liban en Espagne : Nous communiquons avec les autorités espagnoles pour obtenir des informations

Hier jeudi, les autorités espagnoles ont révélé, selon l’ « Agence France Presse », qu’un groupe de 39 Libanais, qui voyageait entre l’Égypte et l’Amérique latine, a profité de son escale à Barcelone pour demander l’asile en Espagne.

Une source du siège régional de Catalogne a indiqué qu’un avion affrété du Caire à destination de Bogota et Quito avait fait escale lundi dans la ville espagnole, précisant que le groupe de voyageurs « n’a pas poursuivi le voyage et a demandé l’asile. » « Les 39 passagers ont entamé la procédure d’asile alors qu’ils se trouvent dans une zone de l’aéroport où sont fournis les services de base », a-t-elle précisé. La source a estimé que le débarquement de ces passagers de l’avion à Barcelone était attendu, et que cet incident n’avait rien à voir avec ce qui s’est passé récemment à l’aéroport de Palma de Majorque.

Le 5 novembre, la police de Palma de Majorque a arrêté 16 personnes qui se sont échappées d’un avion ayant fait un atterrissage d’urgence à l’aéroport de la ville, et elle en recherche encore 8 autres. La police a déclaré à l’époque que l’avion, qui effectuait un vol entre le Maroc et la Turquie, avait été autorisé à effectuer un atterrissage d’urgence à Palma de Majorque, après avoir été informé que l’un de ses passagers se sentait mal.

Dans le but d’obtenir les derniers développements concernant les demandeurs d’asile libanais, Nidaa Al-Watan a contacté l’ambassadrice du Liban en Espagne, Hala Kayrouz, qui a confirmé qu’elle communique avec les autorités espagnoles pour obtenir des informations et des détails supplémentaires, et qu’elle a également consulté le ministère espagnol des Affaires étrangères, afin de connaître les conditions et les besoins de ces personnes afin de les aider. Le ministère espagnol des Affaires étrangèresa déclaré que selon les lois sur l’asile, les autorités espagnoles ne communiquent pas avec l’ambassade d’une personne demandant l’asile politique dans ce pays, considérant qu’il s’agit d’un fugitif de son pays. De même, ces demandeurs d’asile ne pourront pas légalement communiquer avec le représentant officiel du pays dont ils sont originaires.

Aussi, Kayrouz a souligné que, selon les médias espagnols, il s’est avéré que les demandeurs d’asile sont des Libanais et des Palestiniens, et en règle générale, leurs noms ne seront pas divulgués car tout demandeur d’asile est protégé par le pays dans lequel il a cherché refuge, étant donné qu’il est soit persécuté dans son pays d’origine, soit qu’il cherche asile pour une raison qui lui est propre.

Dans un autre domaine, et en réponse à une question, Kayrouz a révélé que plus d’un millier de Libanais en Espagne s’inscrivent pour participer aux prochaines élections parlementaires au Liban, et le processus d’inscription est très normal, bien que le taux de participation semble être faible par rapport aux autres pays européens, mais il a atteint deux fois et demie plus que la dernière fois, ce qui est un bon pourcentage, car la loi espagnole exige que les Libanais qui ont obtenu la citoyenneté espagnole conservent une seule nationalité, et ceux qui se sont inscrits sont ceux qui sont récemment arrivés en Espagne, en plus du fait que la communauté libanaise ici est très calme par rapport aux grandes communautés.