SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 July 2022, Sunday |

Amin Salam: La quantité de blé subventionnée est suffisante pour un mois et demi

Le président du Parlement, Nabih Berri, a reçu au siège de la deuxième présidence à Ain al-Tineh, le Catholicos de la Maison des catholiques arméniens de Cilicie, le patriarche Raphael Pedros XXI Minassian, en présence de l’assistant patriarcal, le métropolite de Beyrouth Georges Asadorian, le représentant Jean Tolosian, le Père Karabet Tatiosian et le Chargé des Relations Publiques du Patriarcat, Charbel Bastouri.

Le président Berri a présenté la situation générale, notamment économique, et la crise du blé et de la farine, lors de sa rencontre avec le ministre intérimaire de l’économie, Amin Salam, qui a déclaré à l’issue de la rencontre : « J’ai rencontré le président Nabih Berri, c’était l’occasion de féliciter lui après les élections, et surtout, de nombreux sujets ont été abordés, notamment la politique et l’économie du pays, et je l’ai mis dans une atmosphère Les crises que nous traitons quotidiennement au ministère de l’Economie, et nous avons affirmé que tous les sujets sont traitées et suivies dans les moindres détails, notamment les crises que nous observons ces derniers temps, notamment en matière de blé et de farine.

Il a ajouté: «Nous lui avons dit où se trouvaient les lacunes, et il a soutenu toutes les mesures que nous prendrons pour lutter contre le gaspillage de l’argent public et les vols qui ont lieu, et ils ont également assuré au président que les crédits sont toujours ouverts et le ministère de l’économie s’efforce d’importer des navires de blé, et ils se déroulent selon le programme établi, et nous le mettons également dans tout le travail. Ce que nous faisons pour contrôler les marchés et l’évasion des prix relève de la Direction de la protection des consommateurs, et nous avons conclu notre rencontre avec un tour d’horizon des affaires politiques générales et des droits constitutionnels à venir. Et il nous a apporté tout son soutien dans ce dossier. »

Il a poursuivi: « J’ai également discuté avec le président d’un sujet très important et nous y avons travaillé en tant que ministère de l’économie, à savoir le prêt de la Banque mondiale d’une valeur de 150 millions de dollars pour soutenir la sécurité alimentaire, en particulier pour soutenir la poursuite de l’importation de blé dans le cadre de ces circonstances difficiles, et j’ai informé le président de tous les détails. Il y a un projet de loi qui sera renvoyé à la Chambre des représentants la semaine prochaine, et nous espérons que le président et l’honorable Chambre des représentants prendront une décision explicite sur la question du projet de loi relatif au prêt de la Banque mondiale.

Son pays m’a assuré que la nourriture et les médicaments sont une priorité, et il veillera personnellement à ce qu’il n’y ait pas de retard dans ce dossier, car chaque fois que le prêt de la Banque mondiale sera retardé, nous nous rapprocherons d’une crise », notant que « l’argent de la Banque centrale est dans une situation difficile, et donc ce prêt assurera la stabilité dans la question du pain, au moins pour une période de 9 mois de plus.

Concernant la crise de la farine dans certaines régions, le ministre Salam a déclaré : « Le président a été informé que nous étions clairs au ministère, à la Banque centrale et à l’administration des douanes avec tous les chiffres que la quantité de blé subventionné qui est entrée dans le pays est suffisante pour un mois et demi par le secteur privé », notant qu’il y a « certains intérêts, que ce soit des boulangeries, des moulins ou des commerçants qui bénéficient du blé subventionné, surtout après que nous ayons arrêté tout sauf le pain arabe. Ils prennent ces quantités et les revendent à des prix non subventionnés. »

Tout cela a encouragé les commerçants, et comme on sait qu’il y a une grève des employés du secteur public, ils profitent de cette opportunité, et bien sûr il y a des partis politiques qui investissent dans cette question afin de créer des crises dont les données n’existent pas.

Il a expliqué : « Nous, en tant que ministère, communiquons avec tous les pays du monde pour sécuriser le blé et les crédits. Tout de notre côté est sécurisé, mais le défaut est avec le secteur privé, et j’ai informé son état et demandé son soutien que nous irons judiciairement dans ce dossier jusqu’au bout du chemin. Il n’est pas permis de priver les Libanais du pain subventionné que l’État fournit encore. « Pour les Libanais avec toutes ses caractéristiques. »

Dans l’après-midi, le président Berri a reçu l’ambassadeur égyptien au Liban, Yasser Alawi, où ils ont passé en revue la situation générale, les derniers développements politiques et les relations bilatérales entre les deux pays.