SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 December 2022, Thursday |

Aoun: Il y a un besoin urgent d’une session du conseil des ministres

Le Président de la République, le général Michel Aoun, a affirmé que « la nécessité est devenue urgente de tenir une session du Conseil des ministres, d’autant plus qu’il y a de nombreuses demandes qui se sont accumulées qui nécessitent des décisions du Conseil.  »

Les prises de position du président Aoun sont intervenues lorsqu’il a reçu ce matin, au palais de Baabda, le bâtonnier de Tripoli et du Nord, Marie-Thérèse El Kawwal, à la tête d’une délégation du Syndicat à l’occasion de son élection.

Puis le président Aoun a pris la parole, soulignant le « lourd héritage et les accumulations héritées de l’alliance, qui ont fortement affecté sa carrière et la mise en œuvre de son plan de sauvetage ».  »

Il a souligné que « l’effondrement de la situation financière au Liban, en raison de la façon dont le gouvernement a été administré dans le passé, a conduit à une augmentation significative de la valeur de la dette publique, en plus de ce qui s’est passé dans le secteur bancaire et la contrebande de fonds à l’étranger.  »

Le président Aoun a déclaré : « Toutes ces accumulations ont coïncidé avec plusieurs catastrophes survenues dans la région et ont eu un grand impact sur le Liban et sa situation politique et financière.

Surtout la guerre en Syrie, et la fermeture de toutes les portes qui en a résulté, en particulier de la part des pays arabes.

En plus du nombre élevé de déplacés syriens, qu’il a hébergés sur ses terres.

Puis la « révolution » puis le déclenchement de l’épidémie de « Corona », jusqu’à l’explosion catastrophique du port de Beyrouth, sans oublier la situation géographique du Liban et les alentours qui l’entourent, de l’Etat occupant, Israël, vers la Syrie.  »

Concernant la situation gouvernementale, le président Aoun a souligné que « la nécessité est devenue urgente de tenir un conseil des ministres.

D’autant plus qu’il y a de nombreux bénéfices accumulés qui nécessitent des décisions du Conseil, au premier rang desquels les affaires financières et la sécurisation des crédits pour plusieurs secteurs.  »

Il a déclaré : « Ce n’est pas une vision pessimiste de ma part, mais c’est la réalité que nous vivons au Liban, et ce n’est pas une évasion de responsabilité, et vous êtes tous des gens de loi et vous connaissez les limites des pouvoirs de le Président de la République, et que l’autorité procédurale, législative et judiciaire est connue entre les mains de qui.  »

Le Président de la République a affirmé : « Toutes les mesures que nous prenons sont pour aller vers le changement, et si Dieu le veut, nous avons commencé à mettre en œuvre ces mesures et le renouvellement est ce qui conduit au changement souhaité.  »

A l’issue de la rencontre, le président Aoun a évoqué les négociations en cours avec le Fonds monétaire international, et la coordination avec cette institution pour parvenir à la mise en œuvre du plan de relance économique, puis entamer la phase de reconstruction.  »

Le président Aoun, quant à lui, s’est concentré sur les élections législatives, soulignant qu' »elles auront lieu à temps ».