SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2022, Tuesday |

Aoun : la communauté internationale doit assumer sa responsabilité en facilitant le retour des Syriens déplacés

Le président de la République, Michel Aoun, a informé l’envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, l’ambassadeur Geir Pedersen, lors de sa rencontre avec lui ce matin au palais de Baabda, que « la communauté internationale doit assumer sa responsabilité en facilitant le retour des Syriens déplacés au Liban dans leur pays, d’autant plus que la plupart des régions syriennes sont devenues sûres, et que ces personnes déplacées peuvent retourner sur leurs terres et dans leurs maisons, et y vivre au lieu de compter sur l’aide qu’elles reçoivent des organisations internationales, sachant que de nombreux points d’interrogation tournent autour de la manière dont cette aide est distribuée et dans quelle mesure elle atteint les bénéficiaires réels.  »

Aoun a présenté à l’ambassadeur Pedersen les conditions économiques et de vie difficiles que connaissent les Libanais, soulignant que « le poids du déplacement des Syriens s’est ajouté à ces difficultés, en plus des dommages causés aux infrastructures au Liban. L’État libanais s’efforce d’y trouver des solutions appropriées à travers le plan de redressement que le gouvernement met en discussion avec le Fonds monétaire international, après son approbation, nous pourrons entamer le processus de réhabilitation des secteurs touchés. »

Aoun a salué les efforts déployés par l’ambassadeur Pedersen « afin de réaliser des progrès sur la voie d’une solution politique à la crise syrienne, notamment en travaillant à l’élaboration d’une nouvelle constitution en accord avec les parties concernées, dans l’intérêt de la Syrie, de son peuple et des pays de la région, notamment le Liban. »

À son tour, l’ambassadeur Pedersen a informé Aoun des données relatives à la démarche qu’il entreprend et des entretiens qu’il a eus hier avec les responsables syriens, notant qu’ils « visaient à trouver les moyens de trouver des solutions à la crise syrienne actuelle. » Et il a exprimé « l’appréciation des Nations Unies et de la communauté internationale pour les soins apportés par l’État libanais aux Syriens déplacés sur ses terres, malgré les conditions économiques difficiles dont souffre le Liban dans les circonstances actuelles. »

Il a souligné que « les Nations unies s’efforcent de trouver des moyens appropriés pour le retour des personnes déplacées dans leur pays, et placent cette question en tête de leurs préoccupations lors des délibérations en cours à Genève, auxquelles le Liban a été invité à participer. »