SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 September 2021, Friday |

Aoun: La communication avec Mikati n’a pas été coupée

Le site Internet d’Al-Intishar a publié un entretien avec le Président de la République, le général Michel Aoun, dans lequel il a déclaré :

Le président de la République, le général Michel Aoun, s’est présenté devant ses visiteurs, mécontent du retard pris dans la formation du gouvernement. C’est lui qui attend un accord là-dessus complètement avec le Premier ministre désigné Najib Mikati.

Les visiteurs ont entendu de lui une détermination à atteindre le but souhaité, malgré les obstacles et les exigences qui surgissent de temps à autre.

Aoun a confirmé qu’une communication existe entre lui et le Premier ministre Mikati, soit directement, soit par l’intermédiaire de médiateurs.

Il a expliqué qu’il a fourni toutes les facilités nécessaires à la formation du gouvernement.

Il y a des « papiers » qui vont et viennent sur la ligne Baabda, et des « platines » portant des noms et des propositions qui font l’objet d’un examen minutieux, notamment par le président désigné.

Les visiteurs sont interrogés sur la date de sortie, et la réponse est définitive : « L’important c’est qu’il y ait une volonté et une envie de se former.

Le président désigné et moi-même avons décidé de travailler ensemble pour former un gouvernement et c’est ce que nous espérons réaliser.

Les visiteurs citent les propos du Président de la République, à propos de l’entrée du beau-frère de M. Taha Mikati, frère du président désigné, le Consul Mustafa Solh, sur la ligne de formation du gouvernement, en communication directe avec l’ancien Ministre. Gibran Bassil.

Alors qu’il y a deux fils sous la lumière, et il y a ceux qui demandent d’aider Basile dans le processus de formation, et ce dernier a refusé et l’a déclaré.

Aoun a critiqué ici ceux qui revendiquent son adhésion au tiers de blocage, qui entrave la formation du gouvernement, et souligné qu’il ne l’a jamais demandé, et il en a parlé publiquement.

Il y a plus d’une déclaration publiée par le Palais Républicain à cet égard. Le Patriarche Al-Rahi lui-même a nié cette affaire.

Malgré tout cela, les « obstructeurs » en ont pris prétexte pour blâmer le président de la République.

Aoun ne cache pas devant ses visiteurs son rôle pour combler le vide chrétien laissé par la position du Mouvement Patriotique Libre et des Forces Libanaises lorsqu’elles sont chargées de lui apporter un soin particulier dans le choix des ministres chrétiens.

Et sur le rôle du général de division Ibrahim, l’assistant dans la tentative de former un gouvernement, Aoun a informé ses visiteurs que ces derniers se sont portés volontaires avec gratitude pour cette tâche, et l’image est devenue claire pour lui et il savait qui était derrière ce défaut dans la formation. .

Le président Aoun nie à ses visiteurs qu’il existe des « problèmes » dans les relations entre lui et le commandant de l’armée, le général Joseph Aoun.

Il précise que cette perception est issue des « fabrications des médias » qui inventent des histoires qui n’existent pas… Il n’est pas étonnant que l’on assiste à une chaîne d’information ou autre spécialisée dans l’attaque du Président de la République.

Aoun rejette complètement l’accusation de violation du mouvement « Taif ».

Le président Aoun exprime son désir de retourner à Rabieh aujourd’hui avant demain, mais il ne le fera pas avant le dernier jour de son mandat.