SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2021, Tuesday |

Araji: La situation est difficile

Le Comité parlementaire de la santé a discuté des conditions de santé actuelles et du projet de loi sur le soutien aux médicaments.

Après la séance, le député Assem Araji a déclaré: « La réunion d’aujourd’hui était consacrée à discuter de la proposition de loi urgente et répétée que nous allions soumettre afin de soutenir la médecine, et c’était à la demande du Premier ministre Najib Mikati, lorsque nous lui avons rendu visite vendredi dernier.

Le président Mikati nous a dit qu’il n’y avait pas d’argent pour la subvention, et nous lui avons proposé plusieurs alternatives.

Et l’entretien portait sur la possibilité pour le Comité de santé de soumettre une proposition de loi de soutien au médicament et 30 millions de dollars pour une durée de trois mois, à raison de 10 millions chaque mois.

Nous avons discuté de cette proposition en commission et constaté qu’elle ne sera pas soumise et ne sera pas retardée, et que la crise reviendra après trois mois si la Chambre des représentants approuve la proposition.

Plusieurs propositions ont été faites lors de la séance d’aujourd’hui, et comme vous le savez, la médecine et l’hospitalisation au Liban ne dépendent pas du ministère de la Santé.  »

Il a ajouté: Nous avons proposé un comité d’urgence qui est censé inclure les ministères que vous avez mentionnés, et que les hôpitaux publics seront activés selon un plan central.

Aussi, un accord a été trouvé pour un nouveau rendez-vous avec le président Mikati, qui sera également en présence du ministre de la Santé, afin que les questions puissent être étudiées de manière plus transparente.

Notre première suggestion était avec le président Mikati qu’il parle avec le gouverneur de la Banque du Liban afin de prolonger le soutien aux médicaments chroniques pour une période de deux ou trois mois jusqu’à l’arrivée des secours.

Nous avons suggéré lors de la réunion d’aujourd’hui, comme chacun sait, que les sociétés pharmaceutiques ont réalisé des bénéfices fantastiques au cours des dernières décennies, ainsi que les importateurs de fournitures médicales.

Ce n’est pas mon opinion, mais plutôt l’opinion du comité selon laquelle les entreprises ont réalisé des bénéfices fantastiques.

Le ministre de la Santé, quand la Banque du Liban lui a alloué 35 millions de dollars, car ces sociétés avaient des anciennes cotisations, et il a été convenu que 35 et 35 autres seraient donnés pour acheter à nouveau des médicaments.

Et j’ai peur, et c’est ce que j’ai dit au ministre de la Santé, que la Banque du Liban puisse dire aux sociétés pharmaceutiques quel est le taux de change de 16 mille ou 18 mille, je vous donne des dollars sur le taux de change et vous importez sur ce base.  »

Il a poursuivi: « Des alternatives ont été discutées. » Il y a 242 centres de soins de santé primaires, et c’est mon avis et l’avis du comité. »

Et il a ajouté:  » Le secteur de la santé, pendant les jours de guerre, même pendant l’invasion israélienne, n’a pas été témoin d’une réalité comme celle dans laquelle nous sommes aujourd’hui. Le patient d’aujourd’hui ne trouve pas de place pour lui dans l’urgence.

L’Etat doit trouver une solution.  »