SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

Araji met en garde : Les mesures pour faire face au « mutant indien » sont insuffisantes

Le chef de la commission parlementaire de la santé, le député Assem Araji, a déclaré dans une interview accordée à Future Web que « le faible taux de blessures au Liban est un bon signe, et c’est le résultat des fermetures que nous avons effectuées et de l’engagement des citoyens à porter le masque, ainsi qu’en raison de la réduction des mariages et que les chagrins ont été limités à des condoléances par téléphone, en plus d’une campagne La vaccination est que les personnes âgées et ceux de plus de 75 ans et le personnel médical et ceux qui étaient à risque de blessure et de mort ont été vaccinés. Aussi, il a indiqué qu' » il est possible que le climat a joué un rôle dans cette affaire aussi. »

A propos de la crainte de l’entrée du mutant indien au Liban, Araji a souligné qu' »il y a une grande peur à ce sujet, et les mesures prises dans ce domaine ne sont pas suffisantes car nous avons besoin de plus de mesures, surtout à l’aéroport et aux frontières, car ce mutant est devenu dans certains pays environnants ». De plus, nous ne pouvons pas oublier les relations commerciales des Indiens dans les pays arabes, et il y a donc une grande inquiétude de son entrée au Liban, « appelant les autorités à prendre plus de mesures préventives et à intensifier les contrôles nécessaires à l’aéroport et aux frontières. »

En ce qui concerne la controverse sur le vaccin « AstraZeneca », Araji a révélé que « l’Organisation mondiale de la santé a autorisé la vaccination avec le vaccin AstraZeneca pour les personnes âgées de 18 ans et plus, et quand il y avait des problèmes et des coagulations en Grande-Bretagne à la suite de la prise du vaccin, La Grande-Bretagne a alors décidé d’administrer le vaccin aux personnes âgées de 30 ans et plus, et il semble que ces symptômes se soient produits chez les moins de 30 ans », notant que « les points de vue doivent être unis entre l’Organisation mondiale de la santé et la Grande-Bretagne en ce qui concerne l’âge auquel ce vaccin doit être administré, mais c’est normal en médecine qu’il y ait une différence de points de vue. »

Et il a souligné qu' »il doit y avoir un consensus entre les deux comités au Liban. Le Comité national dit de ne pas le donner à ceux qui ont moins de 30 ans, tandis que le Comité exécutif dit qu’il peut être donné à ceux qui ont moins de 30 ans et des messages ont été envoyés à des journalistes qui ont moins de 30 ans,  » soulignant que  » dans la dernière réunion du Comité de la santé, j’ai essayé de rapprocher les points de vue des deux commissions, et je continuerai à le faire, pour empêcher l’accès à ce à quoi nous sommes arrivés. »

Et dans un tweet, Araji a dit : « Ce que les Libanais subissent est devenu plus grand que leur endurance. En tant que médecin, je continue à pratiquer la profession au minimum. »

Il a ajouté : « J’entends la douleur des gens, non pas à cause de leur maladie, mais aussi à cause de leurs difficultés financières, et de leur incapacité à guérir et à se rétablir, d’autant plus qu’il n’y a aucune perspective de solution politique, ma crainte étant que la solution soit dans la région à notre charge. » Il a ajouté : « Le Liban a besoin d’être sauvé de toute urgence. »

Il a également écrit sur Twitter, disant : « Ce que les Libanais subissent est devenu plus grand que leur endurance. En tant que médecin, je continue à pratiquer la profession au minimum. »

Il a ajouté : « J’entends la douleur des gens non pas à cause de leur maladie, mais aussi à cause des difficultés financières, et de leur incapacité à guérir et à se rétablir, d’autant plus qu’il n’y a aucune perspective de solution politique, ma crainte étant que la solution soit dans la région à notre charge. » Il a ajouté : « Le Liban a besoin d’être sauvé de toute urgence. »

    la source :
  • Almarkazia