SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

Araji met en garde si les médicaments contre le cancer ne sont pas sécurisés

La commission de la santé publique, du travail et des affaires sociales a tenu une séance ce matin à la Chambre des représentants présidée par le représentant Assem Araji.

Après la session, Araji a déclaré: « L’ordre du jour du comité était de proposer une loi soumise par le représentant Bilal Abdullah qui vise à affecter un avocat de la santé publique dans toutes les régions.

Cette proposition a été élaborée parce qu’il y a des problèmes entre les gens et les médecins et entre les gens et les hôpitaux à cause d’erreurs médicales, et cela entraîne des problèmes.

Dans tous les pays du monde, il existe un avocat de la santé publique, médecin ou juge, qui suit des cours de formation en sciences médicales.  »

Il a ajouté: « En fin de compte, il doit y avoir un organe officiel pour prendre en charge ces questions, et cette proposition est une discussion récente dont nous avons discuté et convenu de former un sous-comité dirigé par le représentant Bilal Abdullah.

Nous avons aussi discuté de beaucoup de sujets, et je parlerai de la question des médicaments et des problèmes entre la Banque du Liban et les importateurs de médicaments.

La Banque du Liban a publié une déclaration à cet égard et a fait la programmation, et il y a une section pour soutenir les maladies cancéreuses qui sont prises en charge à 100 %.

Quant au reste des maladies chroniques, il y a un pourcentage de prise en charge jusqu’à présent, il y a une pénurie de médicaments, surtout des maladies cancéreuses et incurables, on n’en trouve même pas à Karantina.  »

Il a poursuivi: « J’ai parlé avec Son Excellence le ministre et les importateurs de médicaments, et à chaque fois ils disent quelque chose.  »

Et il a poursuivi: « Attention d’ici la semaine prochaine, si les laboratoires pharmaceutiques ne sécurisent pas, ce sera donné au secteur privé et non à Karantina.

D’un autre côté, il y a des gens qui ne paient pas le droit aux médicaments. Si les sociétés pharmaceutiques ne fournissent pas de médicaments spécifiquement pour les patients du ministère à Karantina, nous aurons une position avec les importateurs de médicaments, s’ils ne fournissent pas de médicaments contre le cancer et maladies incurables.  »

Quant à Corona, les infections sont élevées, mais les patients ne font pas pression sur les hôpitaux. Cela signifie que « Omicron » ne présente pas de danger, et nous disons aux gens qu’ils doivent être vaccinés, nous devons donc prendre des mesures préventives et prendre le vaccin.