SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Association des familles des victimes du port : Non au système judiciaire politisé, ni à l’ingérence politique

L’Association des Familles des Victimes de l’Explosion du Port de Beyrouth a organisé son stand mensuel, devant la statue de l’Expatrié en face du port.

Et Marianne Vodolian a lu une déclaration au nom de l’Association des Familles de Victimes, dans laquelle elle a dit : « Vingt-six mois se sont écoulés et nous réclamons toujours la justice pour nos victimes et martyrs innocents, et nous demandons toujours aux responsables de faire preuve de justice. Nous demandons : Qui a donné au ministre de la Justice le droit d’interférer dans le travail du pouvoir judiciaire et de nommer les juges dont il a besoin, en utilisant des arguments illégaux et sans fondement ? Et comment a-t-il le droit de commettre l’hérésie de nommer un juge suppléant pour examiner le cas des détenus et de rendre l’enquête publique alors qu’elle était secrète ? »

Elle a ajouté : « Non au système judiciaire politisé, et non aux interférences politiques d’ici et d’ailleurs. Nous disons aux familles des détenus : Venez, unissons-nous pour révéler la vérité sans recourir à des slogans ou à des signes qui suggèrent des affiliations politiques claires. »

Elle s’est adressée aux familles des détenus, en disant : « Notre cause est unique : vérité, justice et responsabilité. Vous voulez connaître la raison de l’arrestation de vos proches. Tout ce que vous avez à faire est de vous tenir à nos côtés, sans slogans ni signes suggérant des affiliations politiques claires, et d’exiger, comme nous, le retour du juge initial pour qu’il poursuive son travail, » soulignant que « nous ne voulons pas travailler dans des directions opposées afin que la vérité ne soit pas perdue, car le rêve du système en place, est d’effacer les caractéristiques de cette affaire et d’échapper à toute responsabilité. »

Quant au projet de loi accéléré et répété présenté par les députés du changement, la déclaration demande qu’il soit « approuvé le plus rapidement possible, car la question du port ne peut plus supporter de nouvelles tergiversations. »