SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 September 2021, Sunday |

Au début de son procès… Salah Abdel Salam admet qu’il est un « ISIS »

Le Français accusé d’origine marocaine, Salah Abdeslam, le seul de ceux qui ont participé aux sanglants attentats de Paris en 2015, a reconnu aujourd’hui, mercredi, qu’il est un « soldat de l’organisation de l’Etat islamique ».

Salah Abdeslam, 31 ans, a avoué au début du procès des suspects des attentats de Paris le 13 novembre 2015, lors du procès qui s’est ouvert mercredi dans la capitale française, Paris, où il est jugé aux côtés de 20 autres personnes accusées d’implication dans ces attaques.

Il est à noter que les attaques sanglantes, menées par des hommes armés portant des gilets explosifs, ont visé 6 bars, des restaurants, le Bataclan Music Hall et un stade sportif, tuant plus de 130 personnes, tandis que l’Etat islamique a revendiqué les attaques.

L’organisation avait exhorté ses partisans à attaquer la France en raison de sa participation aux combats contre elle en Irak et en Syrie.

Salah Abdel Salam a comparu devant le tribunal, vêtu de noir et portant un masque noir.

Interrogé sur son travail, Salah Abd al-Salam a déclaré au tribunal: « J’ai quitté mon travail pour devenir soldat de l’Etat islamique », selon Reuters.

Et la police a intensifié la sécurité autour du tribunal dans le centre de Paris, et les prévenus devraient comparaître en audience derrière un mur de verre armé, dans la salle spécialement préparée pour le procès.

Avant le procès, les survivants des attaques et les proches des victimes ont déclaré qu’ils étaient impatients d’entendre des témoignages qui pourraient les aider à comprendre ce qui s’est passé et pourquoi.

Des témoignages

Le procès durera neuf mois et impliquera 1800 plaignants et plus de 300 avocats, dans ce que le ministre de la Justice Eric Dupont-Moretti a qualifié de marathon judiciaire sans précédent.

Sur les 20 accusés, 11 étaient en détention provisoire, tandis que 6 sont jugés par contumace, et la plupart d’entre eux seraient décédés.

Selon certaines informations, Abdel Salam est resté silencieux pendant les enquêtes.

La plupart des accusés encourent des peines d’emprisonnement à perpétuité s’ils sont reconnus coupables, tandis que d’autres suspects sont accusés d’avoir aidé à fournir des armes et des voitures ou d’avoir joué un rôle dans l’organisation des attentats.

Les premiers jours du procès devraient être limités aux procédures, où les plaintes seront enregistrées, mais les juges peuvent lire un résumé de la façon dont les attaques se sont produites.

Le 28 septembre a été fixé comme date de début des témoignages des victimes.

L’interrogatoire des accusés commence en novembre, mais il n’est pas prévu qu’ils soient interrogés sur la nuit des attentats et la semaine d’avant celle de mars.

Un verdict est attendu fin mai.

Plus de 1 000 policiers sont déployés pour sécuriser le procès et tous ceux qui sont autorisés à entrer dans la salle d’audience devront passer par plusieurs points de contrôle.

« La menace terroriste en France est grande, surtout à une époque comme la poursuite des coupables », a déclaré le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin à la radio France Inter.

    la source :
  • Sky News Arabia