SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Avec la réouverture des banques… Quel est le taux de change du dollar au marché noir ?

Le taux de change du dollar américain par rapport à la livre libanaise sur le marché noir a connu une baisse alors que les banques ont repris leurs activités après une grève d’une semaine.

Aujourd’hui, lundi, le taux de change du dollar au marché noir a atteint 37 300 livres libanaises à la vente et 37 200 à l’achat.

Dans ce contexte, l’expert économique, Patrick Mardini, a déclaré dans une interview à la presse qu’ « il n’y a pas de plafond pour la hausse du dollar et pas de plancher pour l’effondrement de la livre libanaise, tant que nous continuons la même approche que celle d’avant la crise et qu’il y a trois ans nous n’avons fait aucune réforme, donc le dollar continuera à monter. »

Mardini a déclaré : « Le dollar va augmenter, mais cela ne veut pas dire qu’il va faire un grand saut. Si nous ne faisons pas de réformes et restons sur la même approche, le dollar va augmenter de manière significative. »

Il a expliqué : « Le taux de change du dollar augmente parce qu’il y a un déficit dans le budget public. Les dépenses sont supérieures aux revenus, et ces dépenses accrues sont financées par l’augmentation de la masse monétaire, c’est-à-dire par la Banque centrale, qui accorde au gouvernement des fonds pour pouvoir continuer à dépenser, et ces lires fournies par la banque au gouvernement se transforment en une demande de dollar, et par conséquent, en une augmentation du taux de change. »

Il a ajouté : « Tant qu’il y aura une crise bancaire et que les gens ne pourront pas obtenir leurs dollars dans les banques, tant qu’il y aura un changement dans les retraits, et donc nous avons une augmentation de la taille de la masse monétaire en livres, et donc le dollar continuera à augmenter. »

Mardini a poursuivi : « Le budget public aura une augmentation du déficit, et cela signifie une augmentation du besoin de financement, et une augmentation de l’injection de liquidités sur les marchés. Aujourd’hui, on parle d’une correction des traitements et des salaires. Si cela se produit, cela signifie que les dépenses publiques vont augmenter, et en l’absence de fonds, le gouvernement se financera par un effondrement des prix de la livre libanaise. »