SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Bahaa Hariri: Je prendrai en charge le billet de voyage de chaque expatrié qui veut voter au Liban

Jabalna Magazine-Fadia Semaan
A A A
Imprimer

L’homme d’affaires Bahaa Rafic Hariri de Washington a annoncé qu’il avait tenu un certain nombre de bonnes réunions dans la capitale américaine avec des responsables de l’administration américaine et des membres du Congrès et que le principal sujet discuté était les prochaines élections législatives au Liban, soulignant qu’il calculait à Washington deux décisions fondamentales publiées récemment au sujet du Liban, à savoir: sur le sujet de la sécurité, la poursuite et l’activation du soutien aux institutions militaires et de sécurité; et sur la question politique, les sanctions imposées par Washington à des personnalités libanaises liées à la corruption, y compris Jamil El Sayed Et le Jihad Al-Arab.

Hariri, s’exprimant aujourd’hui (jeudi) lors d’une conversation avec un certain nombre de journalistes libanais à Washington, a souligné que « les élections constitueront la chute politique de ce système qui a provoqué l’effondrement économique au Liban, et ce qui s’est passé en termes de relations avec les États du Golfe a récemment prouvé l’incapacité du système à gérer la situation ».

« Les élections au Liban auront lieu en mai, et nous verrons des changements régionaux d’ici au mois de mai, puis les élections. En 2005, il y a eu la présence syrienne et le Hezbollah, nous avons pu gagner les élections, et l’armée syrienne est sortie du Liban en conséquence. Aujourd’hui, à travers les élections, un nouveau gouvernement proposera un nouveau programme dans ses priorités pour mettre en œuvre ce qui n’a pas encore été mis en œuvre dans l’Accord de Taif. Il a exprimé sa satisfaction avec la déclaration saoudo-Français, qui est revenue pour mettre l’accent sur l’accorde de Taif et la mise en œuvre des résolutions internationales, qui a vu un changement radical dans la position Française, qui n’a pas abordé ces deux questions dans le passé.

Hariri a ajouté qu’il était également satisfait de la déclaration car elle signifiait que « le Liban n’est pas laissé pour compte, mais nous devons organiser nos affaires » et mener des réformes et des élections. « Le changement ne se produira que par le biais d’élections ».
Interrogé par Jablina Magazin sur la situation si des élections n’avaient pas lieu ou si le droit de vote des expatriés était lésé, il a déclaré: « En Irak, l’autorité ne voulait pas d’élections. Nous devons faire notre travail et nous y préparer, et je suis convaincu que de nombreuses variables seront observées au niveau régional d’ici le mois de mai. Lorsque nous sommes sortis de la guerre civile, les élections ont eu lieu malgré l’opposition des milices, et aujourd’hui tout le poids international est en faveur de leur tenue. C’est une demande internationale qu’ils ne peuvent pas surmonter. »

Au sujet des expatriés, il a déclaré: « C’est un sujet très important et je suis heureux du grand nombre de Libanais qui se sont inscrits pour voter, et je suis prêt à aider à cette question en créant un fonds pour couvrir les frais de voyage de chaque expatrié qui veut aller voter au Liban, et bien sûr je ne forcerai personne à voter pour certaines personnalités ou réglementations, mais je les laisserai aller voter. »

Bahaa Hariri a déclaré lors d’une réunion avec des journalistes que sa décision d’entrer en politique « est venue après l’explosion de Beyrouth où nous avons élaboré un plan, nous avons donc lancé « Sawt Beyrouth Internationale » où nous diffusons des programmes d’information,politiques et de divertissement, puis la Fondation Nouh pour suivre le travail humanitaire, jusqu’à « Sawa », une plate-forme qui soutiendra chaque figure de changement sans interférer dans les étiquettes pour les élections législatives » .

Hariri a assuré à Jabalna Magazine que « Sawa » ne se transformera pas en parti et ne prendra pas la place du mouvement future, et ne fermera la porte à personne, sauf face à ceux qui n’ont pas d’intégrité. « Je déteste la politique et je ne me présenterai pas personnellement, mais je serai là à travers tous ceux qui veulent le changement. » Il a souligné que le travail de toutes ces institutions  » n’est lié ou limité à aucune secte ou secte et c’est ce que nous avons été élevés et appris des parents du martyr Rafic Hariri et ne changera jamais ».

« La force du Hezbollah s’affaiblit, parce que sa force passe par l’équation régionale qui l’entoure, et cette équation régionale est clairement en train de basculer, et nous voyons ce qui se passe récemment entre l’Iran, l’Azerbaïdjan, l’Afghanistan et l’Irak », a déclaré Hariri. Il a souligné la plus haute importance des changements en cours en Iraq, où les contours du changement sont devenus clairs après les récentes élections.

Sur la question des relations libano-golfe, il a déclaré « Les États du Golfe veulent voir des changements internes se produire au Liban » « Tous les pays arabes et les pays occidentaux veulent des élections au Liban et les États du Golfe veulent voir le Liban à nouveau au sein de l’organe arabe » ajoutant que cette pression exercée sur le Liban par elle n’est que pour sensibiliser le public. Ce qu’ils ont fait, c’est une pression très simple sur ce qu’ils pouvaient faire, alors imaginez s’ils exigeaient le retrait des dépôts, par exemple. »

« Ce qui s’est passé a fait en sorte que les Libanais s’assurent que la situation ne puisse pas continuer telle quelle, mais nous devons agir pour le changement », a-t-il déclaré. Aujourd’hui, les élections sont serrées et nous devons prouver que nous voulons du changement et que nous n’acceptons pas cette réalité. »