SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

Bahreïn suspend ses importations en provenance du Liban…La production libanaise a reçu un coup dur

Le président de l’Association des licences de franchise, Yahya Kasaa, a qualifié la rencontre avec le patriarche maronite, le cardinal Mar Bechara Boutros Al-Rahi, de « nécessaire, étant donné les relations étroites entre le patriarcat maronite et le Royaume d’Arabie saoudite, qui peuvent aider les secteurs économiques après que l’Arabie saoudite a interdit les importations en provenance du Liban », et il a déclaré à « Al Markazia » , « La crise est grande et il est regrettable que les responsables au Liban ne se rendent pas compte de sa taille et de son importance par rapport aux secteurs économiques et à la production libanaise et au Liban en général, d’autant plus que nous souffrons d’un déclin important dans les secteurs du tourisme, de l’agriculture et du commerce, et qu’il ne nous reste donc que le secteur industriel. »

De plus, il a souligné que « le Patriarcat déploie des efforts énergiques dans ce sens après que la délégation des organismes économiques lui ait transmis la réalité de la situation économique, car celle-ci est très difficile », révélant que Bahreïn a, à son tour, interdit les importations libanaises, mais sans l’annoncer officiellement, ajoutant que « la situation des exportations se détériore de plus en plus à la lumière des mesures des pays du Golfe qui affectent l’économie nationale et auront un effet négatif sur le mouvement des exportations en général, d’autant plus qu’un tiers des exportations libanaises sont destinées aux pays du Golfe, et ces mesures sont destinées à s’intensifier si les responsables n’y remédient pas. »

Non loin de là, Kasaa a souligné que « certains conteneurs exportés par le Liban – environ 300 conteneurs – sont toujours bloqués dans le port saoudien à cause de la crise du Captagon, et donc les communications sont censées s’intensifier car chaque jour qui passe ne sera pas dans l’intérêt de la production libanaise. »

Et il a souligné que « le Libanais pense à transférer définitivement son usine hors du Liban en raison des difficultés qu’il rencontre, ce qui constitue une perte irréparable car cela entraînera davantage de licenciements d’ouvriers et d’employés dans ces conditions économiques difficiles. »

Il a conclu : « La production libanaise a reçu un coup dur… et nos contacts et réunions se poursuivent avec les autorités nationales pour trouver des solutions efficaces. »

    la source :
  • Almarkazia