SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

Baisse « choquante » de la liberté de la presse au Liban

Le Liban a enregistré une baisse choquante de l' »Indice mondial de la liberté de la presse pour 2022″, en se classant 130eme sur 180 pays.Il était classé 107e l’an dernier, selon un rapport publié par « Reporters sans frontières ».

La baisse de 23 places est considérée comme significative pour un pays connu pour sa liberté d’opinion et d’expression depuis de nombreuses années.

Dans sa classification, l’organisation s’est appuyée sur cinq facteurs principaux: le contexte politique de chaque pays, le cadre juridique du travail des journalistes, le contexte économique, le contexte social et culturel et la sécurité dont disposent les journalistes dans leur travail.

La pression politique sur la scène médiatique est plus forte que jamais, malgré la conviction des journalistes que « la révolution du 17 octobre a mis fin au temps de ne pas critiquer les personnalités publiques ». Selon le rapport, qui ajoute qu' »une réelle liberté d’expression existe dans les médias libanais, mais en réalité le secteur est contrôlé par un petit groupe d’individus directement associés à des partis politiques ou appartenant à des familles locales ».

La situation des médias, comme indiqué dans le rapport, « reflète la structure politique au Liban et la presse écrite reflète les différences politiques et sectaires dont le pays est témoin ».

L’organisation considère que l’opinion publique est majoritairement conservatrice et que certains sujets sont encore tabous, comme la critique du patrimoine culturel et religieux, et que les femmes journalistes sont souvent ciblées par des campagnes de diffamation, et que des militants politiques participent à ces campagnes, en particulier des militants du Hezbollah, qui utilisent Twitter pour menacer les journalistes.

    la source :
  • Alhurra