SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

Bombe politique déclenchée par Zaher Eido: Saad Hariri ne voulait pas que mon père figure sur sa liste électorale en 2005

Zaher Eido, fils du martyr Walid Eido, a déclaré que la politique au Liban n’est pas propre, notant que nous, au Liban, allons toujours dans la passion, en disant: Si je soutiens et aime le président martyr Rafic Hariri, cela ne signifie pas que je suis obligé de suivre son fils le président Saad Hariri.

Il a déclaré « Le président Saad Hariri ne voulait pas que mon père martyr figure sur sa liste aux élections de 2005, où il y avait une concession à qui que ce soit ».

Eido a déclaré « Quand vous arrivez au stade d’abandonner quelqu’un comme Walid Eido à cause de certaines alliances, cela signifie que la politique n’est pas propre ».

Il a noté que « Il n’est pas candidat aux prochaines élections législatives et il n’a pas à fournir de fonds à qui que ce soit » ajoutant que «beaucoup de personnes m’avaient demandé de me présenter aux élections, mais que je ne voulais pas s’engager dans la la politique. Ceux qui veulent travailler en politique doivent vendre leur conscience, leurs principes et toujours dire « oui » à tout. Tout ce que je dis aujourd’hui et que je publie sur ma page Facebook n’est pas une vengeance contre Saad Hariri.Ma candidature aux dernières élections législatives avec Saad Hariri était à mes propres frais, et après les élections mon droit ne m’a pas été rendu ni matériellement ni moralement. »

En s’adressant à Sawt Beirut International, Edo a déclaré que les élections étaient « sales » et que le travail pendant les élections n’était pas propre, soulignant que nous ne devrions pas aller avec l’émotion, et que quiconque travaille en politique n’est pas « propre ».

Il a déclaré « Il y aura un changement dans les sièges sunnites à Beyrouth lors des prochaines élections ».

Il a également souhaité que tous les Libanais soient votent, même avec un papier blanc et avec une grande intensité, ajoutant que la frustration ne nous mène nulle part. « Le changement a besoin de beaucoup de temps, parce que nous avons atteint un stade de « noyade » dans la politique et la corruption politique qui n’est pas valable dans un an ou deux ou à travers une révolution ou deux révolutions », a déclaré Eido.
Il a appelé les Beyrouthins et le peuple libanais à élire des gens qui peuvent leur apporter leur droit, à choisir le « droit », à ne pas boycotter les élections ou nous ne pouvons pas changer. Il a ajouté « La communauté sunnite n’est pas seulement Saad Hariri et le mouvement futur.».

Edo a décrit le règlement du 30 octobre 2016 comme un règlement du président Michel Aoun qui a détruit le Liban, pas seulement Beyrouth et la communauté sunnite, et à travers lui, la confiance dans le président Saad Hariri a été brisée.

Il a déclaré que ce sont tous les sunnites de Beyrouth soutenus par le groupe du 14 mars qui remporteraient les prochaines élections à Beyrouth.

    la source :
  • Sawt Beirut International