SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2021, Wednesday |

Bousaab: Les élèves ont accompli actuellement 5% du programme… Nous sommes très préoccupés.

« Les élèves à ce moment ont 5% du programme d’études et il ya des élèves qui peuvent avoir terminé le programme 100% du programme, et nous ne devrions pas les mettre sur le même examen », a déclaré le député Elias Bou Saab dans un communiqué de la Chambre des représentants après la session de la commission de l’éducation. Ces préoccupations ont été mises à la disposition du Ministre (Éducation et Enseignement supérieur dans le gouvernement intérimaire, Dr Tarek Majzoub) et du ministère et des départements concernés pour faire la question et voir comment ils veulent parvenir à la justice et à l’égalité si les examens ont lieu à temps, c’est-à-dire les examens du secondaire. Nous devons tenir compte de toutes les circonstances qui sont dites à leur sujet au ministère et des réunions et des conditions sanitaires et logistiques, ainsi que des conditions financières et des frais qui seront facturés par ceux qui superviseront ces examens, qui sont très problématiques. Par conséquent, je n’envie pas le ministère pour la situation dans laquelle il se trouve en ce moment.

Il a ajouté: « Nous avons discuté de la question du certificat de brièveté dans la manière dont il a été présenté et il y avait une réserve parmi tous les députés participant à la session sur le mécanisme proposé par le ministère de l’Éducation pour mener les examens de brièveté. »

Il a ajouté: « Ils disent qu’ils ont de nouvelles idées et d’autres propositions qui nécessitent des questions logistiques jusqu’à présent ne sont pas disponibles, s’ils peuvent travailler sur eux et de les fournir, nous soutenons à son tour le ministère de l’Éducation et les ministères dans les décisions qui sont dans l’intérêt du secteur de l’éducation, mais aujourd’hui la situation n’est pas encore claire et nous avons une grande préoccupation. Nous espérons que les choses deviendront plus claires et qu’il y aura une coopération avec tout le monde et que les décisions qui seront prises au ministère de l’Éducation tront effectivement en tenant compte des études réelles de la situation des élèves dans toutes les régions, écoles et enseignants libanais, et qu’il y aura égalité et justice entre tous, jusqu’à présent nous avons des préoccupations que cela ne soit pas disponible. Nous avons laissé cette question à la disposition du ministère, en espérant qu’ils reviendrataient communiquer avec nous.

« Nous avons demandé à Son Excellence le Ministre que des milliers d’étudiants libanais diplômés d’universités libanaises à ce jour n’aient pas été certifiés pour leurs certificats ou leurs transactions, et le Directeur général de l’éducation nous a expliqué pourquoi ces obstacles et ces prolongations ont lieu », a déclaré le député Adkar Trabelsi. Mais cette question ne peut plus attendre parce qu’elle retarde l’avenir de nos jeunes. Nous avons soulevé la question des écoles pour les personnes ayant des besoins spéciaux, des centres de soins coincés entre les ministères des affaires sociales, de l’éducation et de l’enseignement supérieur. « Ils ont promis d’aider à soulager le stress de ces écoles, qui refusent d’avoir une année scolaire pour voir ce qu’ils vont faire l’année prochaine, dit-il.
« La loi sur les heures adoptées le 30 septembre doit être modifiée », a-t-il déclaré.

    la source :
  • Sawt Beirut International