SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 10 August 2022, Wednesday |

Brax à Sawt Beirut International: Il n’est pas exclu que nous assistions à une hausse des prix du carburant

Oumayma chames El-Din
A A A
Imprimer

Dans une interview accordée à Sawt Beirut International, le membre du Syndicat des propriétaires de stations-service, Georges Brax, a déclaré: « Les marchés internationaux du pétrole connaissent une instabilité en raison de plusieurs facteurs et politiques qui poussent les prix à la hausse, comme la guerre en Ukraine et ses conséquences en termes de sanctions contre la Russie et la suspension des lignes d’approvisionnement par cette dernière « à des fins de maintenance », et la précipitation des pays européens pour trouver des marchés alternatifs et leur travail pour la reconstitution de leurs réserves stratégiques avant le début de la saison hivernale, notamment en ce qui concerne le deisel et le gaz, ce qui augmente la demande de pétrole sur les marchés mondiaux. »

Il a également évoqué les difficultés techniques et sécuritaires rencontrées par certains pays membres de l’OPEP et leurs alliés de l’OPEP+ dans la production de leurs parts, comme la Libye, l’Angola et le Nigeria, et l’incapacité de cette organisation à augmenter sa production dans des quantités qui pourraient pousser les prix à baisser de manière significative.

Il est à noter que le Royaume d’Arabie Saoudite produit aujourd’hui environ 13 millions de barils par jour, ce qui est dans les limites de ses capacités de production maximales.

Il a estimé que la visite du président américain Biden en Arabie saoudite n’avait réussi à obtenir aucune promesse positive de ces pays à cet égard, et il a été noté que le prix du baril avait augmenté ce matin de près de 4 dollars américains.

Il a également précisé que d’autre part, il existe des facteurs et des politiques qui font baisser les prix, tels que la peur de la déflation et la stagnation de l’économie internationale, comme la politique de quarantaine pour lutter contre Corona suivie par la Chine, le plus grand pays importateur de pétrole dans le monde, qui connaît actuellement une baisse de sa demande pour cette substance. Outre l’augmentation du taux d’intérêt sur le dollar par la Banque fédérale américaine, la hausse du prix de la monnaie verte par rapport aux autres devises et l’impact négatif de la hausse des prix du carburant sur les économies mondiales.

Brax a estimé que tout cela sape la confiance des investisseurs dans la demande de contrats pétroliers, en particulier les contrats à terme, ce qui se traduit par des fluctuations des prix mondiaux du pétrole, à la hausse et à la baisse notant que le prix du Brent brut fluctuait entre 98 et 108 dollars américains au cours des derniers jours.

Il a souligné que cette fluctuation se reflète dans les prix du carburant au Liban, qui s’ajustent en fonction des prix mondiaux du pétrole et des du taux de change du dollar. Et il n’a pas exclu que l’on assiste à un retour de la hausse des prix du carburant.