SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 February 2023, Saturday |

Bshara Al-Asmar : Nous devons adopter une nouvelle culture de travail

Une délégation de l’Union générale du travail, dirigée par Bechara Al-Asmar, s’est rendue au siège de l’Association des industriels et a rencontré le conseil d’administration.

Après la réunion, Al-Asmar a déclaré : « Ce qui nous préoccupe est la formation d’un gouvernement de sauvetage. La première demande est la formation d’un nouveau gouvernement, puis l’économie de contrebande qui conduit à la contrebande de marchandises et de matières premières hors du Liban, qui conduit à des catastrophes. »

Il a déclaré qu’ : « Aujourd’hui, avec la restauration d’environ 200 000 opportunités d’emploi, compte tenu des 200 000 travailleurs étrangers quittant le territoire libanais, nous devons aller vers une nouvelle culture du travail capable de suivre et d’absorber ces travaux, et nous l’encourageons à travers notre dialogue avec l’Association des industriels et des autorités économiques. »

Il a souligné que « la réalité du terrain impose une nouvelle culture du travail », appelant à « une révision des accords signés entre le Liban et les pays arabes ou les pays européens ». nécessaire de revoir les accords entre nous et eux.

Il a appelé à « encourager l’industrie qui a pris des mesures importantes en termes d’alimentation et de médecine ou l’industrie de la chaussure ».

Il a salué les « travailleurs en usines qui ont pris l’initiative d’augmenter les salaires », soulignant que « le dialogue est nécessaire ».

De son côté, le vice-président de l’Association des industriels, Ziad Bakdash, a déclaré : « Après que le dollar a dépassé les 15 000 livres, nous ne savons pas où nous irons. Le travailleur traverse la pire situation depuis des années, les industriels et les secteurs qui travaillent sont confrontés au problème des exportations, alors que les retraites des travailleurs ont été ajustées.

Il a dit que « de nombreux travailleurs étrangers ont quitté le pays », et il a déclaré: « Nous devons changer la culture du travail. Nous devons travailler plus d’heures tout en garantissant un environnement sain afin que le travailleur reste à l’intérieur de l’usine et reçoive l’indemnité d’heures supplémentaires . »

Il a ajouté : « Le dialogue avec le syndicat s’est concentré sur la lutte contre l’évasion et la contrebande, l’emploi d’étrangers, la réapplication des accords commerciaux avec les pays arabes et européens et le changement de la culture du travailleur afin qu’il puisse rester dans l’usine.

Il a souhaité au Libanais de ne pas refuser aucun travail et ne permette à aucun étranger de prendre leur place, appelant à un « gouvernement de spécialistes ».