SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 February 2023, Thursday |

Charaf Abu Charaf : Nous avons perdu 1 000 médecins depuis 2019 à cause de l’immigration

le président de l’Ordre des médecins, Charaf Abou Charaf, a indiqué que « ce sont les personnes compétentes qui migrent en premier lieu, et dans chaque hôpital universitaire, il y a au moins 100 médecins spécialistes qui ont quitté le pays, et d’autres sont en route. »

Abu Charaf a souligné, lors d’une interview télévisée, que « nous avons demandé au garant officiel et aux autorités concernées de prendre la question en considération et de soutenir et motiver les médecins à rester. Ils ont des droits chroniques, qui ne sont plus suffisants pour cela, et nous demandons à l’État d’augmenter les honoraires des médecins pour qu’ils ne continuent pas à travailler presque gratuitement. »

Il a déploré le « manque de rationalisation des dépenses. Nous avons établi la prescription standard pour surveiller la vente et comment le coût consiste à réduire la facture des médicaments pour le patient et l’État, mais elle n’a été que partiellement appliquée, ce qui a conduit à la contrebande ou au stockage des médicaments à la maison. Par conséquent, la rationalisation des dépenses est une priorité, de même que le personnel médical et hospitalier doit avoir une priorité, sinon le Liban ne restera pas l’Hôpital de l’Est. »

Il a souligné qu' »il y a une grande perte pour la société libanaise, et il n’y a aucune possibilité pour nous de restaurer la santé si nous la perdons. » Il a expliqué qu' »une grande partie du secteur médical ne peut pas assurer une vie décente pour lui et sa famille. En outre, il n’a aucune valeur et n’est pas apprécié pour ce qu’il offre. Je considère qu’il y a une grande obscurité pour les médecins, et c’est le patient qui en paiera le prix au final. »

Il a souligné que « nous avons un total de 15 000 médecins, et depuis 2019, nous avons perdu environ un millier de médecins, et c’est un nombre relativement important car ceux qui migrent sont les personnes compétentes et les nouveaux jeunes. »