SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 10 August 2022, Wednesday |

Choucair: une proposition de loi accélérée sera présentée au parlement demain

Le chef des autorités économiques, l’ancien ministre Mohamed Choucair, s’est rendu dans la région de la Bekaa, où il a rencontré le chef de la commission parlementaire de l’économie, de l’industrie, du commerce et du plan, le député Michel Daher.

Il a également tenu une longue réunion avec les instances syndicales, agricoles et économiques de la Bekaa, où ils ont évoqué divers dossiers et dossiers urgents et les moyens de sortir de la crise économique.

Choucair a débuté sa visite dans la Bekaa en visitant Daher à son domicile, où s’est tenu l’entretien en présence de l’ancien ministre Mohamed Rahal concernant la situation générale du pays et des revendications de la crise économique sur divers aspects de la vie et les secteurs économiques.

Après que Choucair a présenté les grandes lignes du plan de relance financière et économique des autorités économiques, les deux parties ont souligné la nécessité d’aller immédiatement mettre en œuvre les solutions radicales qui sont devenues connues.

Dans la deuxième station, le rassemblement culturel et social de la Bekaa, dirigé par Majed Seifan, a organisé une réunion de dialogue avec Choucair, à laquelle ont participé une foule nombreuse de chefs de syndicats, agricoles et des dirigeants d’activités économiques de la Bekaa.

Au cours du dialogue avec les participants à la réunion, Choucair a indiqué avoir réussi à soumettre une proposition de loi accélérée qui sera présentée en réunion du bureau de la Chambre des représentants demain lundi pour calculer les redevances d’atterrissage pour les avions étrangers à l’aéroport international Rafic Hariri – Beyrouth en dollars en espèces, ce qui rapporte environ 700 000 dollars par jour au Trésor public, à utiliser pour renforcer les conditions des travailleurs du secteur public.

Choucair a souligné que l’accord avec le Fonds monétaire international est le seul moyen de sortir de la crise économique, d’autant plus qu’il rétablit le Liban sur les marchés financiers mondiaux et oblige l’autorité à mettre en œuvre les réformes nécessaires.

Choucair a souligné que « la réforme des conditions du secteur public commence par l’approbation du budget général, nous exigeons donc la nécessité d’approuver le budget lors de la première session législative, ainsi que les lois de réforme. »

En ce qui concerne le traitement de la situation des petites entreprises, des agriculteurs et de l’artisanat, Choucair a souligné qu’il avait rencontré le représentant résident du Programme des Nations Unies pour le développement au Liban, Mélanie Hauenstein et » nous avons convenu de coopérer les uns avec les autres pour assurer le soutien de ce type de métier. »