SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

Comment Mahfouz a-t-il commenté l’ambiance entre Aoun et Mikati ?

Le président du Conseil national des médias audiovisuels, Abdul Hadi Mahfouz, a déclaré qu’« en suivant les performances des médias, le Conseil national des médias audiovisuels constate qu’il existe une atmosphère positive pour la formation du gouvernement attendu qui n’est entravée que par des des affrontements, ce qui est déplacé, car l’opportunité de parvenir à un nouveau gouvernement s’offre cette fois, Avec compréhension et harmonie entre les présidents Michel Aoun et Najib Mikati, qui tentent ensemble de prendre les virages.

Et il a déclaré dans un communiqué aujourd’hui: « Ce qui est frappant, c’est la convergence entre Sa Béatitude le Patriarche Bechara Boutros Al-Rahi et Sayyed Hassan Nasrallah sur le danger de ce que les fausses nouvelles, les rumeurs, les calomnies et les calomnies circulent, et les efforts des deux et chacun à sa place en appelant à un discours apaisé et non sectaire et en exhortant à accélérer la formation du gouvernement, car l’alternative est d’exploser.Chaos, ténèbres, et la perte de tous les ingrédients dont les Libanais ont besoin, comme la médecine , l’essence, le carburant et le pain, et la domination du monopole et des mafias qui sont intrusifs et contrôlent le cou des gens.

D’ailleurs, le Conseil national des médias audiovisuels appelle à apaiser le discours médiatique et à rencontrer les chefs des conseils des institutions audiovisuelles sous la direction du patriarche Al-Rahi et Sayyed Nasrallah et à ne pas répandre l’atmosphère négative. Le Conseil national des médias audiovisuels estime que le rôle des présidents des conseils des institutions médiatiques dans l’apaisement est équivalent au rôle des partis politiques et des dirigeants, mais il est plutôt plus efficace en cette période difficile.

Il a conclu : « Par conséquent, le Conseil national des médias espère que ces personnes rencontreront l’atmosphère positive qui règne entre les présidents Aoun et Mikati. C’est un point qui sera enregistré en faveur des institutions audiovisuelles et électroniques, notamment en cas de non-publication de fausses nouvelles et de recours à la correction de la performance politique et médiatique. Il est certain que le futur gouvernement n’a pas de solutions aux problèmes, mais contribuera plutôt à refroidir le choc politique afin que les médias soient un outil de pression pour le former et sortir le pays du goulot d’étranglement.