SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

Concernant le recours déposé par le Courant Patriotique Libre: Le Conseil constitutionnel est sorti sans décision

Le Conseil constitutionnel s’est prononcé sans décision sur la question de la contestation par le Mouvement patriotique libre des amendements à la loi électorale.

Le Conseil constitutionnel a tenu sa septième et dernière réunion, présidée par le juge Mechleb, et en présence de ses membres.

Il a repris les délibérations sur la décision en appel déposée par le « Courant patriotique libre » concernant les élections législatives, sans parvenir à une décision, car il n’a pas été possible d’obtenir une majorité de 7 membres.

La loi contestée a été considérée comme exécutoire, et ce rapport a été organisé pour être communiqué aux Présidents de la République, à la Chambre des représentants et au gouvernement, pour être publié au Journal officiel.

En conséquence, le président du Conseil constitutionnel, le juge Tannous Mechleb, a affirmé, après s’être réuni pour statuer sur le recours déposé par le Mouvement patriotique libre : que personne ne nous a rien demandé sur la politique.

Et il a poursuivi: « L’accord qui se passe est entre ceux qui l’ont décidé, et il n’atteint pas les portes du Conseil constitutionnel, et la discussion était légale. »

Mechleb a déclaré: « La division n’était pas sectaire et le conseil n’était pas divisé par deux.

Nous avons discuté de tous les points et sommes arrivés aux points concernant les expatriés, où les opinions étaient différentes.  »

Il a ajouté: « Je ne suis pas satisfait de l’absence de décision, mais cela n’aurait pas pu être plus qu’il ne l’était.

Et ce qui s’est passé, c’est peut-être un échec à un certain moment du Conseil constitutionnel, et je ne sais pas s’il y a eu ingérence avec un de mes collègues, mais je ne doute de personne.  »

Il a souligné que personne ne m’avait rien demandé, et à mon avis, personne ne devrait rien demander à mes collègues, et aucune communication ne s’est développée entre nous et Mikati.

Il a souligné que jusqu’à cette heure, le président Michel Aoun ne m’a demandé aucune demande, ni sur cette question ni sur quoi que ce soit d’autre, bien que certains pensent que je suis celui qui m’a nommé.