SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 February 2023, Saturday |

Dans le sud, la crise de la farine a commencé

La crise de la perte de farine a commencé à se profiler dans les boulangeries de Nabatiyeh et du Sud, après les médicaments et l’essence, pour ajouter à la souffrance des citoyens face à une détérioration sans précédent de la situation économique et de la vie. Les citoyens et les propriétaires de boulangeries se sont précipités pour acheter de la farine dans les entrepôts agréés de la région de Nabatiyeh.

Ali Ramal, l’agent de la société de moulins AL-Dora dans le sud, a déclaré : « Après qu’hier, le chef de Confédération générale du travail, Bechara Al-Asmar, ait parlé d’une mesure dangereuse que le ministère de l’Économie est sur le point de prendre, à savoir cesser de subventionner les produits à base de blé pour la farine, qui est utilisée dans la fabrication de manakish et de pâtisseries, les propriétaires de petits fours, de pâtisseries et de boulangeries Tannour se sont précipités pour acheter de la farine par crainte d’une interruption ou de la suppression de l’aide qui leur est accordée. Cette situation était évidente dans les régions du sud, où les propriétaires de ces établissements se sont précipités pour se procurer les quantités de farine par crainte de quelque chose comme une crise d’essence. »

Il a souligné : « Il y a un certain rationnement dans la distribution de la farine des sociétés de moulins, et cela est lié aux difficultés que ces sociétés connaissent aussi, surtout en ce qui concerne l’électricité et le fait de travailler tout le temps sur des générateurs, et c’est ce qui affaiblit la production. » Il a remercié « les deux sociétés de moulins, Al-Taj et Al-Dora, d’être toujours à nos côtés et de travailler ensemble dans ces circonstances difficiles, en assurant la subsistance des gens et la permanence de leur travail », soulignant que « nos mécanismes fonctionnent pendant vingt-quatre heures pour empêcher toute tentative d’interruption. »

Ramal a lancé un appel aux forces politiques, dirigées par le président du Parlement Nabih Berri et le secrétaire général du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah, pour qu’elles interviennent immédiatement auprès du ministère de l’Économie afin d’empêcher toute décision d’exécution massive de milliers de familles pauvres qui subsistent grâce à ce secteur, d’autant plus que le coût de subvention du blé est le plus bas parmi tous les matériaux soutenus. Il a appelé les propriétaires des boulangeries « à ne pas stocker le blé, car cela crée une crise étouffante et rend les choses plus difficiles pour essayer de surmonter cette étape difficile de l’histoire du Liban. »

    la source :
  • NNA