SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 May 2022, Sunday |

Déclaration de « International Information » sur la crédibilité des sondages d’opinion

En réponse à la déclaration publiée par International Information le 29 novembre 2021, dans laquelle il a déclaré: « S’abstenir de publier tout sondage sur les élections jusqu’à ce que les tendances de l’opinion publique soient confirmées professionnellement et avec précision. »
International Information confirme que depuis les élections de 1996, elle publie les résultats de ses sondages préélectoraux, les résultats des élections étant presque identiques à ceux des scrutins. C’est la première fois qu’International Information hésite à publier des résultats ou des attentes (bien que disponibles) pour les raisons suivantes :
Premièrement, la difficulté de déterminer le pourcentage de vote, à laquelle International Information est confronté pour la première fois depuis 1996, est due à de nombreuses raisons associées à la méfiance à l’égard des principales forces politiques et des forces qui s’y opposent, ainsi qu’aux conditions de vie et financières que les gens traversent.

Deuxièmement: la possibilité de variabilité que les gens attendent, y compris l’attente d’achats de votes généralisés, la hausse des prix et la détérioration du taux de change de la lire.

Troisièmement: mesures relatives au processus de transfert des électeurs de leur lieu de résidence vers les bureaux de vote. Qui sont les forces les plus compétentes et comment allez-vous le faire? En plus de se demander si des élections peuvent être tenues ou reportées ?

Quatrièmement, l’Agence internationale d’information fournit des données selon lesquelles la plupart des circonscriptions dans lesquelles les électeurs ont exprimé leur réticence à voter ont commencé à changer de position pour diverses raisons, y compris l’argent électoral.

Cinquièmement: Le plafond des dépenses électorales, que certains candidats dépassent souvent, est passé à environ 450 millions de dollars, selon la loi. Ce montant est relativement plus élevé que le coût de toute élection dans le monde, compte tenu du nombre d’électeurs et de la situation économique du pays, est-il possible que le plafond légal des dépenses électorales représente environ 25% du budget proposé pour 2022 ou environ 92% du coût total des salaires et des quotas dans le secteur public?

Sixièmement: La nature de la loi électorale qui encourage la concurrence entre les membres d’une même liste de sorte que les choix de l’électeur ne viennent pas en fonction d’un programme de parti mais pour des considérations spéciales et personnelles, bien que la situation l’ait été lors des élections de 2018 mais soit devenue plus grave lors de ces élections.

Septièmement : Une réduction significative chez tous les électeurs de leur enthousiasme pour les listes concurrentes, à l’exception de ceux qui sont partisans, affaiblissant la proportion de ceux qui acceptent de mener le sondage et donc l’échantillon devient biaisé et partisan. Le taux de refus de mener des entrevues se situait entre 5 et 30 %, tandis que le taux d’indécis, d’abstention ou d’indécis se situait entre 10 et 20 %.

Huitièmement, il n’a pas été possible de déterminer la proportion de ceux qui voteraient par aliénation. Le nombre de personnes inscrites est de 225 277, combien voteront?

Neuvièmement: Il n’a pas été possible de déterminer la direction des électeurs à l’étranger, et si la spéculation est correcte que la majorité votera pour certains partis et forces d’opposition, cela modifierait les résultats des élections menées au Liban.

X : L’utilisation abusive des sondages d’opinion, c’est un moyen de connaître les tendances des électeurs et non un outil de promotion politique et personnelle, ce qui a rendu les répondants réticents à donner leur opinion correctement et de manière transparente, et un sentiment chez un certain pourcentage d’électeurs que les résultats sont prédéterminés par les sociétés de sondage et donc le manque d’enthousiasme pour exprimer leur opinion ou donner des réponses camouflées.

Les efforts déployés par les sociétés de « l’information internationale » et d’autres sociétés de statistiques et de sondages d’opinion publique au cours des dernières décennies qui ont permis aux enquêtes de gagner de l’espace dans l’intérêt des citoyens et d’en faire un pilier de certains responsables de la prise de décisions ne devraient pas être compromis ou perdus dans un marché électoral qui peut réaliser un gain matériel ou politique, pour certains, mais causer un préjudice moral à une activité importante et fondamentale dans la société et l’État.