SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 16 October 2021, Saturday |

Les dernières touches internationales sur ce plan pour aider les Libanais

Al Markaziah

Il n’est pas possible de passer inaperçu par la bande des événements liés au Liban sur la scène internationale, politiquement, diplomatiquement, économiquement et humanitairement, qui est devenu un événement quasi quotidien avec des développements importants.

Dans ce mouvement, il y a des preuves qu’il y a effectivement quelque chose qui se prépare dans les coulisses pour le petit pays, selon ce que des sources politiques bien informées disent à Al Markaziya.

Le dernier de ces développements était de la catégorie « qualitatif », car le pays n’a rien vu de tel dans son histoire contemporaine.

Depuis le pays de Paris, il a été annoncé hier qu’un rapport a été publié par la commission de la défense et des forces armées du Parlement français recommandant, au point n° 6, l’envoi de « forces internationales » ou d’une « force opérationnelle internationale » au Liban, en cas d’urgence sous l’autorité des Nations Unies et de la Banque mondiale afin de renforcer l’action humanitaire et d’aider les Libanais, et de soutenir l’armée et les forces de sécurité libanaises pour maintenir la sécurité et la stabilité.

Le rapport a également souligné la nécessité d’organiser des élections législatives et présidentielles en 2022.

C’est un précédent, si la France, pour la France d’exiger une telle démarche, indique en même temps à quel point la situation est devenue dangereuse à Beyrouth, en l’absence d’une percée politico-gouvernementale.

Selon les sources, cette supervision directe du processus d’endiguement de l’effondrement à venir, qui est considéré comme la partie « terrain » du filet de sécurité sociale qui se tisse « au niveau international » pour protéger les Libanais.

Il a peut-être été présent dans les pourparlers en cours entre les Français, les Américains et les Saoudiens, et il a peut-être également été élevé lors de la visite des ambassadrices des États-Unis, Dorothy Shea et de la France, jeudi, à Riyad, pour discuter de près le dossier libanais, de même que les Egyptiens, les Italiens, et les Arabes dans leur ensemble ne sont pas loin de ces contacts.

Alors que la Coordonnatrice spéciale des Nations Unies au Liban Joanna Frontka a visité hier Baabda et Ain al-Tineh, elle a présenté le renouvellement de la FINUL et annoncé que le Conseil de sécurité se réunirait le 22 juillet pour présenter le rapport périodique sur la résolution 1701, et qu’il aborderait les situation au Liban en général et dans le sud en particulier, en plus des développements politiques.Le Président de la République l’a informé que le Liban souhaite l’extension des forces internationales opérant dans le sud « FINUL » sans changer la mission et de nombreuses – les sources souligner que la prochaine session peut soulever l’idée d’augmenter le nombre de forces internationales désormais présentes au Liban, afin que les éléments Les nouveaux soient chargés de distribuer l’aide humanitaire, ce qui sera décidé lors d’une conférence de soutien aux Libanais personnes que la France prépare actuellement et qui soutiennent l’armée.