SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 20 October 2021, Wednesday |

Des chiffres choquants… La CESAO révèle des taux de pauvreté et de chômage choquants au Liban !

À la lumière de la confusion politique et de l’effondrement économique que les Libanais connaissent aujourd’hui, le taux de pauvreté multidimensionnelle au Liban a augmenté pour atteindre 82 % en 2021 (contre 42 % en 2019).

Un rapport préparé par la commission économique et sociale pour l’Asie occidentale (CESAO) sur la pauvreté au Liban, intitulé « Pauvreté multidimensionnelle au Liban : la douloureuse réalité et les perspectives incertaines », souligne le nombre élevé de personnes vivant sous le seuil de pauvreté malgré les nombreuses initiatives visant à aider les pauvres. Selon le rapport, les niveaux de pauvreté sont en hausse depuis 2019 en raison de la détérioration des conditions économiques et de l’instabilité politique.

En détail, le rapport indique que ces facteurs interdépendants ont soumis le taux de change de la livre libanaise par rapport au dollar américain à de fortes pressions et ont conduit à la détérioration de la valeur de la livre libanaise par rapport au dollar américain et à un niveau élevé d’inflation, ce qui a réduit le pouvoir d’achat des familles. Ces crises ont également entraîné une baisse du niveau de vie d’une grande partie de la population libanaise et non libanaise, ainsi qu’une augmentation du taux de pauvreté. Le rapport indique également que la crise actuelle a eu un impact négatif sur les soins de santé, les médicaments, les services, l’éducation, le travail, le logement et les biens.

Selon la CESAO, la pauvreté multidimensionnelle comprend tous les piliers traditionnels de la pauvreté en plus de plusieurs piliers de privation qui ne se limitent pas aux dimensions physiques classées dans l’indice de pauvreté multidimensionnelle. Ainsi, les familles peuvent être classées comme pauvres si elles sont soumises à un ou plusieurs piliers de privation. En détail, l’indice de pauvreté multidimensionnelle comprend six dimensions et vingt indicateurs. Les six dimensions sont les suivantes : l’éducation (14% de la valeur totale de l’indice), la santé (30% de la valeur totale de l’indice), les services publics (21% de la valeur totale de l’indice), le logement (4% de la valeur totale de l’indice), la propriété et le patrimoine (13% de la valeur totale de l’indice), l’emploi et le revenu (18% de la valeur totale de l’indice).

En chiffres, le rapport a indiqué que le taux de pauvreté multidimensionnelle a augmenté de 42% en 2019 à 82% en 2021, et il touche environ 4 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Aussi, ces personnes constituent environ un million de familles, ce qui inclut 77% (environ 745 000) des familles libanaises. Le rapport a également classé les familles parmi les familles vivant sous le seuil d’extrême pauvreté si elles sont soumises à deux piliers de privation ou plus. Plus précisément, environ 40% de la population pauvre est soumise à l’extrême pauvreté, ce qui correspond à 34% de la population totale du Liban (soit 1 650 000 individus représentant environ 400 000 familles).

D’un autre point de vue, le rapport indique que l’incapacité à mettre en œuvre des mesures et des politiques appropriées pour réduire la pauvreté multidimensionnelle au Liban a eu de graves répercussions sur la classe moyenne de la société au cours des deux dernières années. Dans ce contexte, le rapport indique que la coopération nécessaire entre toutes les classes de la société libanaise, en plus du soutien de la communauté internationale, et l’existence d’un environnement politique approprié peuvent aider à réduire ces répercussions.

Enfin, la CESAO a donné les politiques suivantes à court et moyen terme :

– Accès aux services de santé et aux médicaments :

* Création d’un Fonds de solidarité nationale, qui agira comme une réponse immédiate afin d’alléger les souffrances du peuple libanais, la crise humanitaire et la pauvreté à court terme.
* Développer des plans de protection sociale pour répondre aux besoins des pauvres, en particulier ceux qui appartiennent à la catégorie de l’extrême pauvreté.
* Améliorer et développer les systèmes de protection sociale pour les chômeurs et ceux qui ont récemment perdu leur emploi en raison de la crise économique.
* Soutenir l’industrie pharmaceutique locale pour aider les pauvres à les acheter.

– Électricité :

* Développer un plan pour améliorer la production électrique, ainsi que travailler à la modernisation de la transmission et de la distribution des réseaux et restructurer les tarifs afin de refléter le coût réel de production pour s’assurer que l’électricité atteigne tous les Libanais.
* A long terme, soutenir les énergies renouvelables (telles que le solaire, l’éolien, le bio et l’hydroélectricité) et investir dans les énergies durables des fermes à usage industriel.

– Recrutement :

* Développer un plan de sauvetage national pour le développement du secteur privé afin de soutenir les petites et moyennes entreprises afin de créer de nouvelles opportunités d’emploi et de réduire le taux de chômage.