SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 20 September 2021, Monday |

Des sources politiques à « Sawt Beirut International » : Le processus de formation du gouvernement n’a pas avancé en premier lieu, pour reculer maintenant

Dans les prochaines heures, le chemin qui attend le Liban apparaîtra, soit un nouveau gouvernement qui entamera un sauvetage à partir de maintenant jusqu’à la date des élections législatives, sur lesquelles on compte beaucoup pour un changement réel et effectif, soit un plus grand effondrement, menant à un chaos total, dont les Libanais ont commencé à percevoir les indications quotidiennement.

Les sources ont confirmé à « Sawt Beirut International » que le processus de formation du gouvernement n’a pas progressé en premier lieu, pour reculer maintenant. Cela signifie qu’il y a ceux qui cachent la responsabilité de l’un des partis dans l’obstruction. Les sources ont souligné qu’il existe des forces dans le pays qui ne veulent pas le sortir de son amère réalité. Soit se préparer au sauvetage, soit continuer dans l’obscurantisme.

Des sources diplomatiques indiquent que même si un gouvernement est formé, avec sa composition proposée par le système en place, il ne sera pas en mesure d’obtenir un soutien arabe et international significatif. Il existe un mécontentement arabe et international quant à la voie de formation et aux pressions négatives auxquelles elle est exposée. La raison de ce malaise provient également des doutes quant à la possibilité de réaliser de véritables réformes. Au minimum, le gouvernement tracera la voie des réformes en coopération avec le Fonds monétaire international, qui seront mises en œuvre par le gouvernement post-électoral.

Il y a également des doutes que les noms soumis par l’autorité, qui représentent des quotas, réaliseront les réformes, car la décision de ces personnes ne sera pas entre leurs mains. Les politiciens doivent accepter des économistes professionnels et neutres afin d’être secourus. D’où l’intérêt des pays intéressés par le processus de formation pour un gouvernement réellement capable de mettre en œuvre des réformes significatives. Par conséquent, la prudence internationale pendant la phase de formation continue, étant donné que les politiciens qui ont créé la crise au Liban demandent eux-mêmes l’amélioration de la situation ! Et que ceux qui ont provoqué la crise n’accepteront pas de s’exposer financièrement. Par conséquent, l’initiative française s’est concentrée sur des ministres neutres et experts afin de ne pas s’incliner devant les politiciens. Notant que l’initiative française donne la priorité au traitement de la taille du secteur public et du déficit électrique, qui sont responsables de l’effondrement, en plus de ce qui était la valeur des intérêts dans les banques, qui s’élevait à la moitié du budget de l’État.

Les entourages diplomatiques révèlent que si le gouvernement est formé, deux pays arabes importants ne soutiendront pas le nouveau gouvernement, attendant les résultats que ce gouvernement obtiendra. Alors que la communauté internationale continuera à fournir une aide humanitaire jusqu’à ce que le cours des négociations libanaises avec le Fonds monétaire international et la Banque mondiale devienne clair. Il indique que la tâche principale du gouvernement est de réorganiser la situation économique avec le moins de pertes possibles, avec une réduction du prix du dollar, qui devrait atteindre 12000 livres. La négociation avec le Fonds se fera selon un plan préparatoire qui servira de pilier principal au prochain gouvernement, après les élections parlementaires.

    la source :
  • Sawt Beirut International