SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Des statistiques inquiétantes… Rapport de l’UNICEF sur les crises auxquelles sont confrontés les enfants au Liban

En marge de la visite au Liban de la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies sur la violence à l’encontre des enfants, l’UNICEF a publié un rapport détaillé sur les crises auxquelles sont confrontés les enfants au Liban, dans lequel on peut lire ce qui suit :

« Au Liban, un enfant sur deux est exposé à la violence physique, psychologique ou sexuelle, alors que les familles luttent pour faire face à la crise qui s’aggrave dans le pays. »

Les manifestations de la violence

« Les enfants qui grandissent au milieu des crises au Liban », un rapport indique qu’environ 1,8 million d’enfants, soit plus de 80 % des enfants au Liban, souffrent aujourd’hui d’une pauvreté multidimensionnelle, contre environ 900 000 enfants en 2019 – et qu’ils sont exposés à des abus Comme le travail ou le mariage des enfants dans le but d’aider leur famille à couvrir les dépenses.

Le rapport a été publié alors que la représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies sur la violence contre les enfants, Najat Maalla Majid, était en visite au Liban, qui a déclaré dans ce contexte : « La crise du Liban menace le présent et l’avenir de millions d’enfants. Il est plus nécessaire que jamais de veiller à ce qu’ils soient protégés contre les abus, les préjudices et la violence et à ce que leurs droits soient protégés. »

Le Liban souffre de l’impact de la crise financière et politique qui balaie le pays, en plus de l’épidémie de COVID-19, et des explosions dans le port de Beyrouth en août 2020.

Le rapport montre que le nombre d’agressions et de cas traités par l’UNICEF et ses partenaires a augmenté de près de la moitié (44 %) entre octobre 2020 et octobre 2021, et en nombre, ces agressions sont passées de 3 913 cas à 5 621 cas.

Le rapport identifie également une série de menaces croissantes pour la sécurité des enfants :

« Le travail des enfants est en augmentation. Plus de la moitié des personnes interrogées dans le cadre de l’enquête menée par l’UNICEF avec des organisations partenaires en septembre (environ 53 pour cent) ont répondu que le travail des enfants, et son impact sur la sécurité de ces enfants, est leur première préoccupation. Il y a trois mois, ce pourcentage n’était que de 41 %. Dans une enquête menée par l’UNICEF en octobre, 12 % des familles interrogées ont déclaré avoir envoyé au moins un enfant au travail. Il y a six mois, ce pourcentage ne dépassait pas 9 pour cent, et des enfants âgés de six ans seulement travaillent aujourd’hui dans les fermes et dans les rues et vendent du carburant illégalement, ce qui les expose à de graves brûlures, voire à la mort. »

« Les jeunes filles risquent d’être mariées précocement. En chiffres, une fille syrienne sur cinq âgée de 15 à 19 ans est mariée au Liban. »

« L’augmentation des cas de violence domestique, selon les organisations de la société civile. Le pourcentage de jeunes filles et de femmes libanaises qui ont demandé l’accès aux services du programme  » Violence sexiste  » a fortement augmenté au cours des trois dernières années (de 21 % de tous les cas en 2018, à 26 % en 2019, et jusqu’à 35 % en 2020). »

« La santé mentale des jeunes est en déclin. Selon une enquête menée par l’UNICEF en septembre 2021, qui comprenait également des entretiens avec des filles et des garçons âgés de 15 à 24 ans, un adolescent sur quatre se sent déprimé la plupart du temps. »

« Avec l’augmentation du nombre de familles souffrant de la pauvreté et de la misère, les experts craignent que le nombre d’enfants qui finissent par être séparés de leur famille augmentent ».

« De nouvelles menaces pour les enfants sont documentées alors que les familles sombrent de plus en plus dans le désespoir : certaines familles dans le besoin abandonnent leurs nourrissons dans les rues, et le risque d’enlèvement d’enfants pour obtenir une rançon augmente ».

« Investir dans la protection, le développement et le bien-être des enfants ne peut pas attendre. Investir dans les enfants est essentiel pour construire une société inclusive, pacifique, juste et résiliente qui les garde tous à l’abri du danger, sans exception », a déclaré la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies sur la violence contre les enfants au Liban.

De plus, les Nations Unies au Liban s’efforcent de protéger les enfants contre la violence, les abus et l’exploitation en réduisant la pauvreté, en révisant les lois et les politiques, en améliorant l’accès aux services sociaux, à l’éducation et aux soins de santé, et en travaillant avec le gouvernement pour renforcer les services de protection. En parallèle, des efforts intensifs sont déployés pour s’attaquer aux normes sociales qui rendent la violence contre les enfants socialement acceptable.

« Nous ne devons pas abandonner les enfants du Liban, ils sont l’avenir et l’espoir du pays », a déclaré la coordinatrice résidente et humanitaire des Nations unies au Liban, Najat Rushdi. Elle a ajouté : « Nous devons travailler pour inverser les chiffres choquants concernant les enfants exposés aux abus et à l’exploitation et privés de leurs droits fondamentaux. Aucun enfant au Liban, quelle que soit sa nationalité, ne peut être privé de ses droits fondamentaux à la santé, à la nourriture, à l’éducation et à la protection. Les enfants doivent être à l’avant-garde des plans, des politiques et des pratiques du gouvernement en matière de redressement. »

Et les Nations Unies appellent à une réponse nationale forte et cohérente pour donner la priorité à la protection des enfants, incluant les départements gouvernementaux, les agences des Nations Unies, les organisations de la société civile, les universitaires et les chefs spirituels. En plus du soutien urgent des donateurs pour protéger les programmes vitaux pour les enfants les plus vulnérables.