SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Des violences et des intimidations massives et aucune arrestation: Où est le ministère de l’Intérieur?

Les violations de la sécurité électorale sont devenues innombrables dans les zones contrôlées par les forces de facto.

Ces exactions ont commencé dans la région de Sarafand dans le sud, où les partisans du mouvement Amal ont attaqué les candidats de la liste concurrente pour la liste duo chiite à Tyr- Al-Zahrani.

Alors que le ministère de l’Intérieur n’a pas annoncé l’arrestation des assaillants, des membres de la liste « Construire l’État », qui regroupe Cheikh Abbas Al-Jawhari, des individus chiites et un membre du bloc République forte, le représentant Antoine Habashi, ont été soumis à l’intimidation et à la trahison.

Deux d’entre eux, déclarant allégeance au Hezbollah et son secrétaire général, Sayyed Hassan Nasrallah, se sont retirés de celui-ci, avant qu’un festival électoral que Al-Jawhari organisait dans la ville de Khader dans la Bekaa ne soit encerclé et assiégé par des hommes armés qui ont tiré des balles et des missiles dans le air pour intimider les participants.

Ici aussi, il n’y a pas de mouvement des organes officiels. Lors d’une conférence de presse aujourd’hui, Habshi a demandé à l’État et au gouvernement: Comment cela signifie-t-il que vous n’êtes pas en mesure de prendre position sur ce qui se passe en ce qui concerne la sécurité des citoyens? Il a ajouté:« Il y a ceux qui craignent la liberté d’opinion, et nous tenons l’équipe qui exerce cette pression, et le Hezbollah en particulier, pour toute transgression ou violence à Baalbek-Hermel entièrement responsable du côté de l’Etat ».

En tout cas, les tentatives d’intimidation ne se sont pas arrêtées là, mais se sont également déplacées à Byblos. Des marches ont parcouru le circuit du candidat, Fares Souaid, qui avait pour slogan « Face à l’occupation iranienne », avant qu’une voiture avec une plaque falsifiée ne soit envoyée à son domicile de Qartaba, transportant deux personnes de la famille Hamiyah. Saeed a mis ce qui s’est passé sous la garde des forces de sécurité, mais aucune arrestation dans ces incidents n’a encore été enregistrée.

Et quand vous demandez:« Qui a la capacité d’organiser des marches dans l’espace aérien libanais sans demander l’autorisation des instances officielles compétentes, à l’exception du Hezbollah? ».

Les sources soulignent que le silence de l’État libanais, avec toutes ses agences sécuritaires et judiciaires, ainsi que l’organe de surveillance électorale, concernant ces abus est inquiétant et suspect, et a désormais suscité des interrogations sur l’intégrité des mérites sous la domination des forces de facto, surtout si les délégués des listes d’opposition étaient traités de la même manière, car les forces politiques au pouvoir condamnent les attaques dont elles sont l’objet, même si elles ne les prennent pas personnellement, alors qu’elles tournent le dos les yeux sur les actions armées dangereuses de leurs alliés…

    la source :
  • Almarkazia