SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 February 2023, Friday |

Diab, un an après l’explosion du port de Beyrouth: La justice commence par révéler la vérité

Le Premier ministre par intérim Hassan Diab a publié une déclaration un an après l’explosion du port de Beyrouth, qui déclarait :

« Un an s’est écoulé depuis ce tremblement de terre qui a frappé Beyrouth et tout le Liban.

Le 4 août, l’un des quartiers de la corruption accumulée a explosé, avec des résultats dévastateurs à tous les niveaux : nous avons perdu des martyrs, des milliers ont été blessés, et des maisons et des institutions ont été détruites.

Un an s’est écoulé depuis cette explosion, mais la douleur est permanente, et le chagrin des familles des martyrs et des blessés ne s’est pas éteint.

L’explosion du 4 août a révélé les failles du pays.

Une partie de la corruption qui ravage le Liban a été mise à nu, et les traits de l’état profond, l’état de corruption, ont émergé, pour montrer que l’Ambre n°12 résume l’image de la réalité libanaise, qui repose sur la rencontre des composantes et éléments de corruption.

Les Libanais ne peuvent se sentir en sécurité si tous les faits de cette catastrophe dont les conséquences humanitaires, psychologiques et sociales ne sont pas révélés.

Ainsi que les destructions qui ont affligé la capitale et ses environs.

Les faits complets de cette catastrophe ne peuvent être révélés sans des réponses claires aux questions fondamentales : qui a créé ces documents ? Et pourquoi? Comment et pourquoi êtes-vous resté 7 ans ? Comment l’explosion s’est-elle produite ?

Pendant une année entière, la plaie de la patrie ne s’est pas refroidie, les larmes des endeuillés et les familles des martyrs n’ont pas séché, la douleur des blessés n’a pas cessé, et les effets de la destruction témoignent encore du désastre .

Comment une conscience humaine et patriotique peut-elle exploiter l’affliction d’un père et d’une famille, à des fins politiques ou personnelles ?!

Atteindre la justice commence par révéler la vérité et demander des comptes aux responsables de cette catastrophe, protéger le sang des martyrs et panser les blessures des blessés et des victimes.

Le Liban traverse une phase très dangereuse qui menace son sort et l’avenir de ses enfants, et chacun doit comprendre que la vraie justice est la pierre angulaire pour protéger le Liban de la chute.

Que Dieu ait pitié des martyrs du Liban tombés dans la catastrophe de Beyrouth… Que Dieu aide les blessés à surmonter leurs blessures. Dieu protège le Liban, Dieu protège les Libanais. «