SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 October 2022, Monday |

En chiffres… Achkar révèle le mouvement touristique à la veille de l’Aïd Al-Fitr

Omaima Shams El Din

Le chef de la Fédération des syndicats touristiques, Pierre Achkar, a confirmé dans une interview au site Internet « Sawt Beirut International », que:« la stabilité politique et sécuritaire est essentielle pour la prospérité du tourisme et pour attirer les touristes au Liban ».

Achkar a souligné que:« ce qui se passe dans le sud, le naufrage du bateau dans le port de Tripoli, l’attaque contre le ministre de l’Énergie et les tensions politiques font craindre aux touristes de venir au Liban, et cela se reflète négativement sur le secteur du tourisme », espérant que « le pays jouira d’une stabilité politique, sécuritaire, économique et touristique ».

En outre, il a espéré que:« le retour des relations avec les pays du Golfe, coïncidant avec le retour des ambassadeurs koweïtien et saoudien, contribuera à l’arrivée des touristes du Golfe au Liban, qui est un élément essentiel pour le tourisme libanais ».

Dans ce contexte, Achkar précise que:« le taux de fonctionnement dans les hôtels était moyen à Pâques, puisqu’il ne dépassait pas 40% à Beyrouth et environ 10% dans les régions, sauf pour les domaines skiables, qui sont plutôt acceptables ».

Quant à la veille de l’Aïd al-Fitr, elle a atteint environ 50% à Beyrouth et dans d’autres régions.

Il a également signalé que:« 2000 chambres des hôtels Phoenicia, Four Seasons, Le Gray, Hilton, Monroe, Bristol et Ramada sont toujours fermées ».

En ce qui concerne les prix, Al-Ashqar a estimé qu’« il est naturel qu’ils augmentent en raison du coût d’exploitation élevé, car tous les achats se font en dollars, en particulier le diesel, car les tonnes de diesel sont passées de 1400 à 30 millions de dollars », ajoutant:« Le coût du diesel oscille entre 15000 et 20000 dollars pour les hôtels. Les hôtels moyens et grands oscillent entre 60000 et 80000 dollars ».

Concernant le mouvement dans les restaurants, les cafés, les parcs d’attractions et certaines stations de ski, Al-Ashqar a expliqué:« C’était bien pendant la période des fêtes », notant qu’« une grande partie des expatriés libanais dans le Golfe arabe et en Afrique sont venus passer la opportunité de vacances au Liban ».

On s’attend à ce que ce pourcentage soit également bon pour l’Aïd al-Fitr.

Il a expliqué que la période de vacances est actuellement limitée à deux ou trois jours, alors qu’elle s’étendait à 15 jours les années précédentes, lorsque les touristes venaient du Golfe arabe, d’Égypte, de Jordanie, d’Irak et de Syrie, notant que la majorité des touristes cette année sont Des expatriés libanais et quelques Irakiens, Jordaniens et Egyptiens.

    la source :
  • Sawt Beirut International