SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

En chiffres.. Voici les résultats du suivi des effets secondaires possibles des vaccinations

Le Ministère de la Santé Publique a publié le rapport préparé par le Programme de Pharmacovigilance assigné par le Ministre intérimaire de la Santé Publique, Dr. Hamad Hassan, retraçant les effets secondaires potentiels des vaccins COVID-19 entre le 14 février 2021 et le 30 mai 2021.

Le programme de pharmacovigilance, dirigé par le Dr Rita Karam et composé des pharmaciens Dr Katia Iskandar, Dr Myriam Watfa et Dr Abeer Zaytoun, poursuit la surveillance continue de la sécurité des vaccins, y compris les cas individuels et les données fournies par les personnes vaccinées.

Selon le rapport, les constatations suivantes ont été faites :

La déclaration automatique de 2 856 rapports d’effets indésirables et d’événements indésirables survenus après l’administration de 837 817 doses de Pfizer, AstraZeneca, Sputnik et Sinopharm, ce qui équivaut à 3,4 rapports pour mille doses reçues (3,4/1000).

La plate-forme Impact a constitué le principal moyen de déclaration par les personnes vaccinées, compte tenu d’une interaction particulière par le groupe d’âge entre 18 et 44 ans, avec un taux de quarante-trois pour cent (43 %), les femmes devançant les hommes, avec un pourcentage de soixante-trois virgule quatre pour cent (63,4 %) contre trente-six virgule cinq pour cent pour les hommes (36,5 %).

Il a été confirmé que quatre-vingt-quinze pour cent des rapports ne présentaient aucun effet secondaire ni aucune situation dangereuse. Les cinq symptômes les plus fréquents après l’administration du vaccin étaient les suivants : douleur générale 45,8 %, douleur au point d’injection 40,1 %, fatigue 38,8 %, frissons 34,8 % et maux de tête 34,2 %.

Dans le détail des rapports :

Parmi les 2856 rapports, on a constaté ce qui suit :

– 2713 rapports de cas non graves, équivalant à quatre-vingt-quinze pour cent (95%).

– 94 rapports rapports équivalant à trois virgule trois pour cent (3,3 %) devaient faire l’objet d’un suivi en communiquant avec la personne concernée.

– 9 rapports constituaient des cas médicaux importants, soit zéro virgule trois pour cent (0,3 %). Après suivi, il a été constaté qu’il s’agissait d’un accident et non d’un danger.

– 49 rapports sont graves, ce qui représente un virgule sept pour cent du total des rapports (1,7%).

Sur les rapports sérieux :

Les quarante-neuf rapports (49) qui ont été classés comme graves constituaient un point virgule sept pour cent (1,7 %) du nombre total de rapports de cas, ce qui équivaut à zéro-point-zéro cinquante-huit pour mille doses de vaccin administrées jusqu’à 30 mai (0,058/1000) . Les détails étaient les suivants :

– 5 rapports étaient manquantes et l’enquête est toujours en cours, en attendant que les dossiers soient complétés.

– 11 rapports ont été suivis par des appels téléphoniques aux cas qui y sont mentionnés, et il a été confirmé que ces cas ne nécessitent pas d’investigations médicales supplémentaires.

– 33 autres rapports ont été suivis par le comité désigné par le ministre de la Santé publique, le Dr. Hamad Hassan, qui comprend un certain nombre de médecins spécialisés dans le suivi des effets secondaires possibles des vaccins. Il s’est avéré que douze (12) rapports ne sont pas directement liés au vaccin, tandis que vingt-et-un (21) rapports sont toujours en cours d’investigation.

Pour ceux qui souhaitent voir plus de détails, consultez le rapport complet sur le site du ministère de la Santé publique.