SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

En l’absence de contrôle sur les produits alimentaires….La santé des Libanais est menacée !

Ce n’est un secret pour personne que la plupart des importateurs ou des commerçants ont, au cours de la période récente, importé de grandes quantités de denrées alimentaires et de biens de consommation et de produits de base qui peuvent dépasser les besoins du marché local, dans le but de profiter de la différence de prix du dollar douanier et de la hausse continue du taux de change du dollar par rapport à la livre libanaise, et par conséquent le citoyen ou le consommateur est impuissant en termes de prix ou de qualité!…Malheureusement, il n’y a pas de moyen de dissuasion au Liban !

L’un des marchands libanais qui travaille dans le domaine de la réexportation a révélé qu’il avait acheté une marchandise dans le port de Beyrouth et qu’il avait essayé de l’exporter en Égypte, où il s’est avéré qu’elle n’était pas propre à la consommation. Il était plutôt évident que le navire était passé par l’Égypte avant son arrivée au Liban et avait été rejeté alors qu’il était autorisé à décharger sa cargaison à Beyrouth sans effectuer aucun test de laboratoire…Par conséquent, la cargaison du navire s’est retrouvée sur les marchés libanais à la suite d’un accord entre les responsables de plus d’une institution…Cela a de nombreuses répercussions négatives sur la santé humaine en l’absence de contrôle sur les aliments et les matériaux industriels.

Pour sa part, un économiste a averti, par le biais de l’agence « Akhbar Al-Yawm », qu’un prix élevé ne signifie pas que la qualité et la validité sont disponibles de manière optimale, en disant : Quand ils ont commencé à parler d’augmenter les droits de douane, le taux d’importation a augmenté de façon très spectaculaire, et une partie de ces matériaux est allée vers le stockage, et l’autre partie à la contrebande.

En ce qui concerne le stockage, le même expert a indiqué que, selon la loi libanaise, lorsque la date d’expiration de tout produit alimentaire approche, les commerçants alimentaires et le propriétaire du supermarché doivent soumettre une demande au ministère de l’économie afin de détruire ces matériaux aux dépens du propriétaire de l’entreprise et sous la supervision et le contrôle du ministère, et parmi les questions ouvertes ici : La validité des matériaux est-elle manipulée, y a-t-il une surveillance…Et quelle est la mesure de dissuasion ?

    la source :
  • Akhbar Al-Yawm