SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 May 2022, Wednesday |

Entreprises de voyages et de tourisme à « Sawt Beirut International »: C’est l’année du printemps libanais

Rania Ghanem
A A A
Imprimer

« Peu importe l’ampleur des crises, nous trouvons le Liban capable de continuer »,avec ces mots, les propriétaires d’agences de tourisme et de voyages expriment la grande amélioration du mouvement des voyages vers et du Liban avec le début de la saison touristique.

Dans ce contexte, le patron de Concorde Travel and Tourism, spécialisé de l’organisation de voyages de l’étranger vers le Liban, Mohamed Fakih, confirme à « Sawt Beirut International » que la demande de réservation de billets de voyage est très bonne, malgré les crises économique et sanitaire sans précédent. Le pourcentage de réservations a atteint 20% du trafic en 2019, ce qui est considéré comme une année touristique en plein essor, étant donné que la dernière année a été la pire depuis des décennies.Quant au propriétaire de Barakat Travel Company, Mohamed Barakat, il semble plus optimiste, car il indique que le taux de réservations cette année est très proche des chiffres de 2019.Il ajoute: » Nous avons licencié la plupart des employés l’année dernière, mais après avoir constaté une augmentation sans précédent de la demande, nous avons décidé de reconstituer rapidement une nouvelle équipe. »

Pays stable

Les responsables du secteur attribuent la raison de la hausse des réservations au fait que le Liban est un pays stable et sain, dont la France l’ayant récemment placé sur la liste verte.Fakih s’attend à ce que d’autres pays européens suivent l’exemple de la France, ce qui indique un niveau acceptable et retour du voyage avec l’Europe. Et il ajoute: »Nous avons atteint ces chiffres à un moment où la plupart des pays est toujours fermée en raison des restrictions imposées pour contenir la pandémie, en particulier les pays du Golfe, qui étaient la plus grande source de tourisme libanais, en particulier l’Arabie saoudite et Koweit. »

Printemps libanais

Le Liban attire actuellement des visiteurs et des touristes de divers pays, mais l’Irak est au premier rang de ces pays, suivi de la Jordanie et de l’Égypte.Fakih attire l’attention sur le fait qu’environ 50 pour cent des réservations proviennent de touristes irakiens, et une grande partie d’entre eux viennent à des fins de tourisme médical, et le reste provient de divers pays. Il ajoute qu’il y a un mouvement remarquable des touristes russes, surtout après que la Russie a supprimé les restrictions de voyage.Barakat compte sur des touristes et des expatriés dispersés en Europe, l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne,la Bologne et l’Italie, bien que le mouvement est encore limité aux individus, pas aux groupes.Il ajoute que la décision de supprimer l’exigence de quarantaine de 14 jours pour ceux en provenance du Brésil contribuera à renforcer le mouvement des arrivées d’Amérique latine.Barakat confirme que la plupart des avions arrivent pleins d’immigrants d’Amérique, d’Australie et du Canada. La raison est attribuée à la valeur élevée du dollar par rapport à la livre, qui a rendu le Liban plus compétitif et moins cher pour les touristes et les expatriés,en disant: »C’est l’année du printemps libanais. »

Les plages sont la destination préférée des Libanais
Le mouvement des réservations pour le tourisme étranger, notamment pour les Libanais qui cherchent à passer des vacances touristiques hors du Liban, n’est pas moins important, sachant que la tendance est à la baisse par rapport aux périodes précédentes du fait que la monnaie a perdu environ 90% de sa valeur.Mais Fakih confirme que le mouvement existe toujours, considérant qu’une bonne partie des Libanais, leurs salaires est en dollars, en plus du fait que certains ont des dépôts bancaires dont ils veulent se débarrasser et utiliser pour payer des billets de voyage.À son tour, Barakat confirme que le plus grand pourcentage de réservations se concentre sur l’Égypte, en particulier Charm el-Cheikh, la Turquie, Chypre et la Grèce, en plus des Maldives et du Sri Lanka, soulignant que le touriste libanais choisit d’aller avec sa famille vers des pays qui contiennent des plages et des stations touristiques plutôt que des villes surpeuplées afin d’éviter d’attraper l’infection.

Les prix des billets n’ont pas changé
En ce qui concerne les répercussions de la décision de « Middle East Airlines » de facturer les prix des billets d’avion en dollars, Fakih précise qu’elle n’a eu aucun effet négatif sur le secteur du voyage, en déclarant: « Le voyageur paiera le billet de voyage, quel que soit son prix. »Il attire l’attention sur le fait que son prix ne différait pas beaucoup du précédent. Il explique que lorsque le dollar a été dépensé au prix de 3900 livres, les agences de voyages ont augmenté le prix des billets. »Le billet de Dubaï, dont le prix était d’environ 250 dollars, est passé à près de mille dollars, mais après la décision, son prix est tombé en moyenne à 300 dollars, ce qui signifie que sa valeur en livres libanaises est restée très proche.