SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

Est-il possible que les missions diplomatiques libanaises ferment leurs portes ?

Oumeima Chamseddine
A A A
Imprimer

Le Liban est confronté à une nouvelle crise en plus de celles qui la poursuivent depuis plus de deux ans à la suite de la crise économique et de l’effondrement de la monnaie nationale.

Cependant, cette fois, le dilemme est lié à l’image internationale du Liban, et les postes diplomatiques sont menacés de fermeture.

Selon Reuters, le ministère libanais des Affaires étrangères a publié une circulaire demandant à ses ambassades de solliciter des dons auprès des communautés libanaises pour financer leurs dépenses.

Selon la circulaire publiée le 25 janvier, le ministère envisage de fermer plusieurs missions diplomatiques en raison de la crise économique, notant que les employés des missions étrangères n’ont pas reçu leurs salaires pour le mois de janvier.

En décembre dernier, le ministre des Affaires étrangères Abdullah Bou Habib a annoncé le début de la mise en œuvre d’un plan visant à réduire les dépenses des ambassades, y compris le loyer et la rémunération des diplomates, afin d’économiser au Trésor 18 millions de dollars sur un budget de 95 millions de dollars.

Le professeur de droit international Antoine Sfeir a déclaré à Sawt Beirut International dans une interview que la question est liée aux finances de l’État et au niveau dangereux qu’il a atteint en termes d’incapacité à dépenser, en particulier en devises étrangères, pour les missions diplomatiques à l’étranger qui représentent le Liban.

Il a estimé que la faisabilité de certaines missions dans des pays qui n’ont plus d’importance économique ou politique et donc aucun avantage pour le Liban devrait être réévaluée, et que cette question est très importante pour connaître les priorités, soulignant qu’il y a de grands pays qui n’ont pas de missions partout dans le monde, mais le Liban est ce petit pays qui a beaucoup de missions partout dans le monde.

Il a souligné les dangers de fermer certaines ambassades parce qu’il s’agit de représenter le Liban, en plus du sort des ambassadeurs après leur retour au Liban.