SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2021, Wednesday |

Fadi Saad à « Sawt Beirut International »: la levée des subventions aux médicaments est une étape douloureuse mais nécessaire

Les subventions pour les médicaments chroniques ont été supprimées malgré les promesses de ne pas leur nuire à un moment où les Libanais souffrent.

Le membre de la commission parlementaire de la santé, Fadi Saad, a confirmé à « Sawt Beirut International » avoir exigé, lors de la conférence organisée par le bloc « République forte » il y a deux ans, de prendre les mesures prises par le ministre de la Santé Firas Abyad, en notant qu’il faut prendre des décisions audacieuses, même si elles seront temporairement douloureuses. Cela établira un système stable au Liban, d’autant plus que nous étions et vivons toujours un « gros mensonge » pour lequel nous avons payé pendant des années en termes de dollar subventionné et de médicaments subventionnés.

Saad a ajouté que les décisions prises par le ministre de la Santé sont correctes, et malgré le fait qu’un patient diabétique a besoin de plus de deux millions de livres pour obtenir ses médicaments,de même pour les employés qui souhaitent se rendre aux centres de travail, car ils ont besoin de plus de 300 000 livres par semaine.La subvention doit être abolie, car l’État en faillite ne peut continuer à fournir les besoins des citoyens avec l’argent des déposants.

Saad a souligné qu’ils, en tant que bloc, ont demandé il y a un an et demandent toujours la carte de financement, qui constitue un soutien direct pour le citoyen et garantit que l’argent n’est pas gaspillé pour les commerçants, les contrebandiers et les bénéficiaires.

Interrogé sur la carte de financement dont environ 750 000 bénéficieront, et les mises en garde concernant le processus de sélection des bénéficiaires, et si elle sera soumise à des critères loin d’être discrétionnaires, Saad a estimé que, bien sûr, cela peut être vrai, mais il est certain qu’une grande partie des Libanais en profitera.

Il a ajouté que cette carte, qui fournira 125 $ aus familles, ne constituera pas une solution magique,réitérant qu’ils ne sont pas concernées par ce que fait le gouvernement, mais par la décision du ministre de la Santé ne peut être contesté, d’autant plus qu’il avait deux options: soit subventionner des médicaments qui n’existent pas sur le marché, soit enlever la subvention pour fournir ces médicaments.

Saad a conclu en soulignant que les difficultés ne disparaîtront pas, et c’est bien sûr la responsabilité d’une classe politique corrompue.Les décisions qui ont été prises dans le passé étaient populistes et n’ont pas apporté de solutions, elles nous ont plutôt conduits à la faillite.Et ils ont dû rationaliser les subventions pour ne pas atteindre ce que nous avons atteint aujourd’hui.