SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 February 2023, Saturday |

Fadoulian à SBI: Les familles des victimes du port à une nouvelle escalade jusqu’à ce que la vérité soit connue

Plus de deux ans après l’explosion du port de Beyrouth, les familles des victimes n’ont jamais exigé inlassablement la vérité, tandis que l’État continue de tergiverser et de perturber l’enquête après que le dessaisissement du juge Bitar il y a environ un an.

Hier, il a été remarquable le mouvement d’escalade du peuple devant le Palais de justice, qui a toujours été caractérisé par ses mouvements pacifiques et silencieux, alors que le rassemblement du peuple dans la cour extérieure du Palais de Justice avec la participation d’un certain nombre de députés a évolué pour prendre d’assaut les manifestants à la porte du Palais de Justice et l’entrée de la plupart d’entre eux dans la cour intérieure, où des affrontements ont eu lieu entre eux et des membres des forces de sécurité, et des blessés sont survenus parmi la population, dans un état de colère extrême.

Les manifestants ont accusé un certain nombre de juges d’avoir des agendas politiques et d’empêcher la décision de nommer des juges de cassation.

Dans ce contexte, la présidente de l’Association des familles des victimes de l’explosion du port de Beyrouth, Mariana Fadoulian, a déclaré dans une interview accordée à Sawt Beirut International qu’au début, nos mouvements étaient pacifiques, mais qu’à partir de maintenant, nous allons intensifier nos héritages parce que nous n’avons vu aucun développement dans l’affaire deux ans après l’explosion, notant qu’il y a obstruction à l’enquête et ingérence politique dans le système judiciaire.

Fadoulian a souligné que le peuple aura recours à une nouvelle escalade jusqu’à ce que notre affaire soit résolue et que la vérité soit connue, exigeant le retour du juge Bitar pour terminer l’enquête après un an sur la paume de sa main, et a déclaré que nous nous opposerons à quiconque entrave l’enquête, car l’obstruction de l’enquête et l’ingérence politique sont plus importantes que le crime de l’explosion du port.

Soulignant que leur décision n’a rien à voir avec l’arrivée de la délégation judiciaire européenne au Liban, qui n’a rien à l’ordre du jour lié à la question portuaire, elle a déclaré que nous essaierons de communiquer avec eux et de les mettre au courant de ce qui se passe en termes d’obstructions et d’ingérence politique.

    la source :
  • Sawt Beirut International