SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2022, Tuesday |

Familles des martyrs des pompiers: Fenianos et Khalil sont des fugitifs de la justice

« L’ingérence dans le travail de la justice est inacceptable, et la négociation du sang des martyrs est rejetée par quiconque », ont déclaré les familles des martyrs des pompiers lors d’une conférence de presse tenue cet après-midi .

Les familles ont présenté leur position sur l’ingérence politique dans le travail du pouvoir judiciaire et leur prochaine décision, après les récents développements dans l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth.

Antonella a même prononcé un discours dans lequel elle a déclaré : « Un an et quatre mois après le bombardement du port de Beyrouth et la procrastination et le contournement du système judiciaire se poursuivent.Ce qui se passe face à la justice est surprenant : appel, demandes de réponse, veto, suspension… Les âmes des martyrs attendent et nous attendons la justice. » « Nous savons qu’il y a des juges qui soutiennent notre cause et se tiennent aux côtés du juge Bitar, mais nous ne resterons pas silencieux sur les juges qui résistent à la vérité comme le juge Habib Mezher et nous allons intenter une action en justice contre quiconque entrave le cours de l’enquête, dont le premier est le juge Mezher, qui a demandé le dossier complet au juge Bitar pour exposer la confidentialité de l’enquête ».

« Certains chefs des services de sécurité refusent d’exécuter les mémoires du juge, cette conduite est-elle légale ? Pourquoi les familles des martyrs et des victimes sont-elles les seules qui, lorsqu’on leur demande d’enquêter, viennent et sont sous le toit de la loi alors que toute personne disposant d’une « immunité » est protégée par son immunité, par un juge et un responsable de la sécurité dépendant de certains partis politiques ? Si la magistrature marche sur les gens, alors nous serons tous au-dessus des lois, mais ce n’est pas notre revendication. Tous les Libanais sont sous la loi. « Les rapports d’Ali Hassan Khalil et de Youssef Fenianos sont légaux et le procureur concernant les rapports aux autorités de sécurité et leur immunité est abandonnée. »

Elle a ajouté « L’ingérence dans le travail de la justice est inacceptable, tout politicien ou religieux qui a un mot ou un point de vue concernant le dossier de l’explosion du port dans lequel il est conseillé de ne faire que du bruit et de la confusion inutiles, afin de gaspiller l’opinion publique ». « Lorsqu’un journaliste ou un représentant politique d’un parti particulier se présente, le juge dit qu’il ne fait pas son travail. » S’il vous plaît laissez-nous savoir le cours de l’enquête s’il a connaissance ou des nouvelles du contenu de l’enquête, alors il a le droit de parler ou d’intenter des poursuites contre le juge parce que l’enquête est confidentielle. Mais laissez-vous avoir des preuves contre le juge. Négocier pour le sang de nos martyrs est rejeté par quiconque. »

William Noun a également appelé le Conseil supérieur à « faire son travail ». « Le juge Habib Mezher a outrevanné la loi lorsqu’il a demandé le dossier complet au juge Bitar, exposant ainsi la confidentialité de l’enquête » appelant à ce qu’elle soit renvoyée à l’inspection judiciaire. « Si cela ne se produit pas, nous avons des poursuites contre lui ».

Il a déclaré que les services de sécurité devraient arrêter les anciens ministres Fenianos et Khalil, affirmant qu’ils étaient des « fugitifs de la justice ».