SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 September 2022, Friday |

Familles d’étudiants à l’étranger: Nous tiendrons l’autorité responsable s’ils ne répondent pas à nos demandes

L’Association des familles d’étudiants libanais à l’étranger a annoncé qu’elle avait décidé « d’adopter une feuille de route qui façonnera la prochaine phase et fixera les objectifs de son mouvement ».
Elle a expliqué les raisons de sa décision de « bloquer l’horizon de la solution proche à la crise des étudiants libanais à l’étranger après que le président de la République a rejeté la loi étudiante amendée sans la signer à la Chambre des représentants sous des justifications peu convaincantes, ce qui a causé de la confusion pour les parents et de la déception pour les étudiants, et au milieu de la préoccupation de l’autorité avec des dossiers qui sentent la corruption et le partage de quotas et l’établissement de barricades artificielles pour occuper l’opinion publique sur ses préoccupations et ses douleurs ».

Ils ont ajouté « En raison de ces complexités et de l’indifférence de cette autorité à l’égard de ce dossier humanitaire à dimension éducative nationale, ils ont décidé de travailler à l’adoption de la loi sur le dollar étudiant modifiée conformément à l’avis de l’Association seule dès que possible, demandant au ministère des Affaires étrangères et des Expatriés d’élaborer un plan d’urgence pour les étudiants d’Europe de l’Est qui simule les développements et les développements liés au dossier de la crise ukraino-russe et exempte les étudiants des frais financiers élevés qui leur sont imposés par les ambassades libanaises, invitant les institutions et les administrations publiques, en particulier le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Pour fournir une aide financière de certains pays à caractère éducatif et d’associations internationales, appelez les ministères de la Santé et des Travaux publics à travailler pour résoudre le problème des frais de PCR pour les étudiants, réduire leurs billets pour les compagnies aériennes du Moyen-Orient et aller au gouvernement ensemble afin d’allouer un fonds indépendant pour soutenir les étudiants à l’étranger.»

Ils ont exigé que « la loi sur les étudiants couvre tous les étudiants inscrits dans les universités privées libanaises ».

« Si les autorités responsables ne répondent pas à ce document, nous sommes l’Association des parents d’étudiants à l’étranger, nous intensifierons notre mouvement de diverses manières pour tenir l’autorité législative pleinement responsable de la perte de l’avenir de notre jeune élite et de son déplacement, nous les poursuivrons par tous les moyens, au moins en rendant compte à la veille des prochaines élections », a conclu l’association.